Comme vous le savez, chez GamerStuff, notre créneau de choix n’est pas forcément les jeux, même s’il nous arrive de faire quelques petites incartades ponctuelles.

Mais après le test du très réussi Playstation VR il y a peu, l’envie était grande de s’essayer à d’autres titres que ceux disponibles alors.

Nous avons donc eu l’occasion de tester  Robinson : The Journey, premier titre spécifiquement développé pour le PS VR par l’équipe Crytek à qui l’on doit le premier Far Cry mais surtout la série des Crysis, et cette expérience a été vraiment unique.

Bienvenue sur Tyson III

robinson-the-journey_artwork-1

Le jeu Robinson : The Journey vous fera incarner Robin, un jeune garçon qui a survécu au crash mystérieux d’un vaisseau spatial gigantesque, et se retrouvant seul sur la planète Tyson III.

Seul ? Pas tout à fait.

Si aucun autre humain ne semble avoir survécu au crash, la planète n’en accueille pas moins une horde de dinosaures de diverses espèces, vous donnant la sensation de vous replonger dans Jurrasic Park. Pour aider le garçon à survivre dans cet environnement inconnu et hostile, un robot volant doté d’une intelligence artificielle, le HIGS,  sorte de C-3PO volant version boule de billard (!), pourra le conseiller tout au long de son exploration, ainsi qu’un bébé T-Rex, Laïka, trouvée à sa naissance et ne quittant plus Robin depuis.

Le principe du jeu est au final assez simple : subtil mélange entre une « visite de musée à ciel ouvert » et une chasse au trésor, le trésor étant ici l’écosystème qui vous entoure ainsi que certains éléments du vaisseau spatial disséminés ça et là, et dont la récupération vous permettra d’en apprendre plus sur les raisons du crash. Chacun des quelques environnements que vous explorerez sera un vrai spectacle pour les yeux, et vous permettra de découvrir et analyser des plus petits insectes jusqu’aux dinosaures les plus gigantesques.

Le tout se découvrant en vue à la première personne, vous alternerez quelques passages en escalade assez immersifs, des petits casse-têtes sympathiques et vous aurez vite fait de vous prendre au jeu de découvrir chaque forme de vie présente avec vous. Plein de mini-jeux se cachent un peu partout, faisant intervenir entre Laïka dans des situations assez amusantes.

Teaser

 

Un « vrai » jeu VR

Même si Robinson : The Journey ne vous demandera pas 200 heures pour être bouclé (comptez environ 6-8 heures si vous aimez un peu fouiller), il n’en reste pas moins une expérience extraordinaire à essayer avec le PS VR. Les graphismes des décors sont tout simplement les plus beaux que j’ai essayés pour le moment avec le VR, tout simplement. Vous prendrez plaisir à revisiter certains environnements juste pour le plaisir des yeux.

robinson-the-journey_artwork-6

Un point à noter quand même : s’il est le plus beau que j’ai essayé, il est également celui pour lequel j’ai le plus ressenti le « motion sickness » (sorte de « mal de mer » version VR) auquel je suis pourtant très peu sensible. Pour être franc, j’ai dû arrêter le jeu au bout de ma première demi-heure de jeu car j’avais vraiment la nausée. Ça ne m’était arrivé pour aucun jeu. Je pense que l’explication est simple : le jeu étant à la première personne, il possible de regarder autour de soi en tournant la tête grâce au PS VR, mais aussi en tournant au joystick. Et il est nécessaire d’utiliser les deux car on ne peut pas faire des tours sur soi même avec le casque sur la tête. La combinaison de ces deux « sources » de rotation crée ce malaise qui est beaucoup plus marqué que dans les autres jeux : il faudra un temps pour s’y habituer, et plus d’un joueur ne se sentira pas bien avec ce jeu.

L’expérience n’en reste pas moins un véritable succès je pense. Vendue un peu plus de 50€, cette expérience reste un peu courte pour le prix, mais le PS VR n’offrant pour le moment pas encore une pléthore de jeux de qualité, celui-ci n’aura nulle difficulté à tirer son épingle du jeu auprès des joueurs fan de dinosaures et des autres.

 

Ou l’acheter ?

robinson-the-journey_ps4 Achat Amazon

Liens utiles