Nous testons aujourd’hui le modèle de fauteuil gaming le plus abouti de la marque Nitro Concepts, j’ai nommé le modèle S300, sorti dans un coloris spécifiquement créé pour les guerriers vidéoludiques : le « Urban Camo ».
Après que Netrunner ait testé le modèle E220 Evo de Nitro Concepts il y a quelques mois, voyons voir ce que cette nouvelle version peut bien apporter.

Présentation

La jeune firme allemande Nitro Concepts nous propose ici son dernier modèle en date, le S300, qui doit être le 4ème modèle qu’ils créent (si on ne tient pas compte des déclinaisons par produit).

Ce Nitro Concepts S300 est donc le modèle le plus haut de gamme de la marque, bien que cette dernière se positionne sur des fauteuils à des prix plus accessibles, donc forcément un peu moins « élitistes ».

Il est proposé en 7 couleurs différentes : 6 d’entre-elles partent d’une même base, avec une dominante de noir et une large bande de ladite couleur (bleu, rouge, jaune, …) faisant le tour du fauteuil, la dernière étant le « Urban Camo » que nous testons, la partie camouflée remplaçant le noir et la bande de couleur étant remplacée par une bande de couleur « taupe ».

Il s’agit d’un modèle entièrement doublé en tissu, choix inhabituel quand on sait que toutes les autres marques surenchérissent sur des similicuirs de différentes qualités, voir du cuir véritable.

Cela explique aussi son prix : un peu plus de 250€. Par rapport à un fauteuil de bureau « classique » vendu dans les grandes enseignes, on est sans surprise sur un prix 2 fois supérieur, mais on est par contre en-dessous des 300€ « grand minimum » pour les fauteuils haut de gamme des marques gaming concurrentes. Un créneau intéressant donc, où peu de fauteuils se situent.

Caractéristiques du Nitro Concept S300

Caractéristiques techniques :

  • Revêtement en tissu
  • Garniture en mousse haute densité
  • Accoudoirs réglables 3D
  • Vérin à gaz niveau 4
  • Mécanisme de balancement (tilt) jusqu’à 14°
  • Dossier inclinable de 90° à 135°
  • Roulettes de 50 millimètres
  • 2 coussins inclus : appuie-tête + lombaire
  • Poids du fauteuil : 24,5 kg
  • Poids maximum supporté : 135 kg

Matériaux utilisés :

  • Acier (stucture)
  • Nylon (base du fauteuil)
  • Mousse (garniture)
  • Tissu (revêtement du fauteuil et des coussins)
  • Nylon / Polyuréthane (roulettes)

Déballage et premières impressions

L’imposant carton de près de 30kg est un tout petit peu plus « décoré » que ce qu’on trouve chez la concurrence. Au lieu du banal carton marron avec juste un logo, on retrouve ici le carton marron, certes, avec un large bandeau noir sur le côté accueillant le logo, un visuel du fauteuil ainsi que la référence et la couleur du modèle à l’intérieur.

Le logo est repris sur la face supérieure. Le point sur le « i » de « Nitro » est remplacé par une flamme rouge, qui sera la seule touche colorée à l’extérieur.

Une fois ce carton ouvert, on est rassuré en voyant que tout est bien protégé à l’intérieur, chaque élément étant soit emballé de papier-bulles, soit sous blister, des plaques de mousses venant de toutes façons s’intercaler pour sécuriser le tout.

Une notice de montage est présente, tout comme les vis et la clé Allen nécessaire pour assembler votre fauteuil. En 15 minutes, vous serez fin prêt pour essayer votre nouvelle « monture » 😊

Mais avant d’aller dans les détails de ce fauteuil, regardons-le un peu : ce Nitro Concepts S300 « Urban Camo » est plutôt inhabituel ! La question fatidique se posera pour tous à un moment ou à un autre :

« J’ai l’âme d’un guerrier, dans mes jeux j’adore ramper dans la jungle, guerroyer dans la pampa et me battre dans plein d’environnements dangereux ! Mais chez moi dans mon salon ou ma chambre … est-ce qu’un fauteuil camouflage ça ne serait pas un peu too much … ? »
[Syndrome du guerrier pré-traumatisme-WAF]

Et bien contre toute attente, même si la dominante vert/taupe du fauteuil n’est pas des plus « passe-partout », il faut admettre que son apparence globale est vraiment réussie, arrivant à concilier l’aspect guerrier/camouflage et un minimum de sobriété pour envisager de l’intégrer à votre intérieur. Attention, je ne dis quand même pas que ça sera du tout cuit pour convaincre votre femme ou votre mère d’accueillir ce nouveau venu dans votre demeure 😊

Qualité de fabrication et réglages

La structure du Nitro Concepts S300 est en acier, offrant la rigidité et la solidité nécessaire pour supporter le joueur, et une mousse haute densité vient recouvrir l’ensemble. Il ne faut rien de moins car le siège est annoncé comme pouvant supporter pas moins de 135 kg de charge : c’est du costaud !

L’habillage est intégralement fait de tissu visiblement synthétique qui semble plutôt solide, tout comme les coutures qui viennent maintenir les différentes pièces entre elles. La mousse de la garniture est légèrement « enveloppante », donnant au fauteuil une forme proche du « siège baquet », avec les parties extérieures de l’assise et du dossier remontant pour « entourer » le joueur.

Couleur « Urban Camo » oblige, le logo Nitro Concept a beau occuper toute la partie haute de l’appui-tête, celui-ci est brodé avec du fil noir et blanc, pour ne pas être trop « flashy » et faire tâche avec le reste du camouflage.

L’appuie-tête suit bien dans le prolongement du dossier, pas comme certains modèles voulant donner une apparence encore plus « racing » avec l’appuie-tête revenant vers l’avant sur la partie haute . Généralement, cela se traduit par un vrai inconfort dès que vous faites une certaine taille et que votre tête appuie-dessus, vous « cassant » la nuque. Ici pas de problème, même si le coussin pour la nuque sera nécessaire pour être vraiment bien.

Habituellement sous l’appuie-tête on retrouve les 2 ouvertures, sortes d’évents, qui permettent d’alléger un peu la silhouette massive des fauteuils, mais surtout de venir passer les sangles du coussin lombaire ajustable. Ici Nitro Concepts a fait preuve d’un peu d’originalité, et les 2 ouvertures habituelles sont ici remplacées par une seule pièce en plastique ajourée assez cheap.

Les accoudoirs quant à eux sont assez classiques et proposent des réglages maintenant devenus quasi obligatoires sur la plupart des modèles de fauteuils. Ils sont faits de « plastique moussé », à l’extérieur dur mais avec une mousse dense à l’intérieur, les rendant légèrement souple quand on appuie dessus. Les réglages peuvent se faire dans 3 directions : en élévation, en déverrouillant sur 1 bouton à l’extérieur de l’accoudoir, en rotation pour avoir les accoudoirs parallèles ou inversement les incliner vers l’intérieur ou l’extérieur, et en translation, permettant de les avancer ou les reculer. Ces réglages sont les bienvenus pour s’adapter aux différentes morphologies.

EN REVANCHE j’ai trouvé très gênant le fait qu’ils ne soient pas verrouillables (en dehors de l’élévation) : à chaque fois que je bouge sur mon fauteuil en m’appuyant sur les accoudoirs, ceux-ci coulissent tout seul vers l’avant ou l’arrière. Vraiment pas génial, ils auraient dû vraiment prévoir des boutons pour les verrouiller sur cet axe.

Pour le réglage du dossier, vous retrouverez l’habituel levier à droite de l’assise : celui-ci est en métal et une poignée en plastique est moulée dessus pour aider à la prise en main. La qualité du plastique n’est pas géniale, et le fait que cette poignée vienne bien appuyer sur l’assise n’est pas des plus « étudiés » : on se demande si ce levier ne va pas finir par abimer le siège à force de frotter lors de manipulations … Quoi qu’il en soit, son activation permet de choisir l’inclinaison du dossier du siège, permettant d’aller d’une assise bien droite avec le dos vertical à une assise plus « sieste », avec le dossier s’allongeant jusqu’à 135° (presque à plat). Il faut à chaque fois vérifier d’être en face d’un « cran » en lâchant le levier, chose pas évidente quand on se sert de son dos pour trouver la bonne position : bien souvent, en vous appuyant juste après avoir lâché le levier, vous entendrez un « clic » bien sonore vous confirmant que le dossier est maintenant verrouillé.

Le réglage de l’assise du Nitro Concepts S300 se fait quant à lui avec un levier unique, là où on voit de plus en plus souvent deux leviers distincts sur d’autres modèles. Le levier est tout ce qu’il y a de plus classique, une tige en acier sortant du mécanisme vissé au centre sous le siège, prolongée elle aussi d’une poignée du même type que ce qu’on a pour le réglage du dossier.

Il vous permettra de monter ou descendre le siège en soulevant le levier, mais aussi d’activer ou désactiver le « tilt » en poussant ou tirant le levier dans le sens de la longueur.

Le tilt est un balancement de quelques degrés, ici 14°, qu’on autorise pour que le joueur puisse se pencher et rester en arrière s’il le souhaite. En se penchant en avant, le siège revient lui aussi en position. J’aime beaucoup cette fonction car jouant à un bureau, ce petit balancement arrière permet de se sentir un peu plus « à l’aise », un peu comme dans un canapé. Pour le réglage du tilt donc, je trouve le mécanisme un peu cheap, nettement en dessous des mécanismes avec 2 leviers distincts. De plus il n’est pas verrouillable dans la position voulue en dehors des 2 « buttées » (dossier « droit » ou à 14°).

De plus, cette fonction présente selon moi un vrai problème. Le gros cylindre au centre permet de régler la résistance du tilt et de l’adapter au poids de l’utilisateur : il ne faudra en effet pas la même résistance pour un joueur de 50 kg et un joueur de 100 kg, sinon le plus léger risque de ne jamais réussir à se balancer et le second risque à l’inverse d’avoir l’impression d’être sur une balançoire. Sauf que même réglé à la dureté minimum (pour les joueurs les plus légers), avec mes presque 90kg, j’ai beau me pencher en arrière de tout mon poids, le fauteuil me renvoie vers l’avant aussitôt. Il n’y a qu’en gardant les pieds au sol et en poussant sur les jambes que j’arrive à maintenir le siège en arrière. Ce n’est clairement pas le fonctionnement attendu du tilt qui permet de se détendre en arrière en position inclinée . Cette fonction perd tout son intérêt, et à moins de peser peut-être 120 kg (je n’ai pas de pote correspondant à ce « critère », du coup je ne peux le vérifier), je pense qu’aucun joueur ne pourra l’utiliser.

Le coussin appuie-tête, brodé de la même flamme que celle au-dessus du « i » de « Nitro » en version « grand modèle », et le coussin lombaire, brodé du même logo Nitro Concepts que l’appui-tête du siège, permettront d’ajuster votre maintien sur le siège si vous le souhaitez. Ils sont faits des mêmes mousses que le fauteuil et l’habillage est fait du même tissu.

Tout comme l’assise et le dossier du siège, les coussins sont déhoussables, point positif qui permettra de les laver en cas d’accident (café renversé, McDo dégoulinant mangé à l’arrache sur le siège pour ne pas arrêter une partie, gastro fulgurante, toussa toussa … 😊 ).

Enfin la base du siège à 5 branches est faite en acier avec des inserts en plastique couleur taupe sur le dessus dans la longueur. C’est sobre, mais ça a le mérite d’être la seule base de fauteuil « non entièrement noire » que j’ai vue pour le moment. Les roues sont de taille classique avec une petite bande de polyuréthane (PU) souple à l’extérieur pour ne pas faire de bruit sur les surfaces dures : la qualité juste au-dessus des roulettes bas-de-gamme qu’on retrouve sur tous les fauteuils classiques.

Voilà pour le détail du Nitro Concepts S300 de la « tête aux pieds ». De bonnes choses, de moins bonnes, au joueur de peser le pour et le contre donc.

Confort général

Au-delà de l’apparence et réglages d’un fauteuil, là où on l’attend avant tout le reste, c’est sur le confort ! Sur ce point, le Nitro Concepts S300 souffle un peu le chaud et le froid, et c’est dommage. Je suis loin de dire que le fauteuil est inconfortable, mais il faut admettre qu’il y a plusieurs points qui viennent entacher le tableau.

Pour ce qui est du confort de l’assise, l’appréciation sur ce point sera certes personnelle, mais je vais essayer d’être le plus objectif possible pour que vous vous fassiez votre idée.

L’assise du fauteuil est relativement souple, avec une mousse soit moins dense que ce que l’on a l’habitude de voir sur les fauteuils gaming, soit prévue pour un poids moyen de joueurs moins élevé. Je doute que ça soit ce 2ème cas qui soit vrai étant donné que le fauteuil est prévu pour supporter une charge pouvant aller jusqu’à 135 kg. Cette assise plus souple est donc agréable dès les premières secondes, là où d’autres fauteuils surprennent par leur dureté : ici on est tout de suite bien et on ne se pose pas de question.

Par contre, le dossier fait contraste avec cette assise : je n’ai pas réussi à savoir si la mousse du dossier était plus dure que celle de l’assise ou non, mais le poids exercé sur celui-ci par le joueur est de toutes façons moins élevé. En s’appuyant en arrière, la première réaction est de se dire que c’est assez dur. Malgré cela, même si un peu plus de moelleux aurait été le bienvenu, cela ne s’avère quand même pas douloureux, faute d’être vraiment agréable.

En revanche comme c’est souvent le cas, je trouve la position sans les coussins assez inconfortable : pour moi, je trouve quasiment tous ces fauteuils gaming mal pensés, nécessitant absolument l’usage d’un ou des deux coussins pour être bien installé. Ça reste mon avis personnel, peut-être suis-je mal foutu après tout.

Le galbe du dossier est très nettement insuffisant pour épouser la forme des reins. Manque de chance, le coussin lombaire fourni est vraiment catastrophique, comme quasi systématiquement chez d’autres marques (se fournissent-ils tous chez « coussin-brise-reins.com ?) : il est excessivement dur, et le placer derrière les reins vous forcera à vous cambrer anormalement, sans que vous réussissiez à « l’écraser » un peu pour être bien : rédhibitoire, mieux vaut rester sans ce coussin.

Le coussin appui-tête quant à lui s’avèrera nettement mieux, permettant de venir caler efficacement votre nuque sans trop avoir l’impression d’être appuyé sur une brique. Il aurait mérité d’être un petite peu moins galbé selon moi, mais ça reste bien dans l’ensemble.

Pour ce qui est maintenant du confort d’utilisation, ce n’est pas super non plus. Comme vu plus haut dans le test, l’inutilité totale du tilt, le levier unique de réglage et les accoudoirs qui ont tendance à se dérégler dès qu’on s’appuie un peu dessus sont vraiment gênants au quotidien. De plus, le plastique moussé des accoudoirs est vraiment ferme lui aussi et aurait mérité d’être un peu plus épais pour avoir un ressenti plus souple sur les avant-bras.

Le choix d’un fauteuil entièrement fait d’un habillage tissu est par contre un excellent choix je pense. C’est certes moins noble que du cuir/similicuir, mais qu’est-ce que c’est plus agréable d’être assis dessus, tout particulièrement quand il fait chaud ou que votre peau est en contact direct avec ! Pas de peau moite qui colle au fauteuil, pas de sensation de chaleur excessive, je reste fan du tissu vs. le cuir qui est certes « classe » mais tient horriblement chaud en été.

Voilà pour le bilan sur le confort du fauteuil. Vous avez vu qu’il y a de bonnes et de mauvaises choses, ces dernières ayant un peu pris le dessus sur le ressenti pour ma part.

Conclusion sur le Nitro Concepts S300

Le bilan sur ce fauteuil gaming est quelque peu mitigé pour ma part.
D’un côté nous avons un fauteuil robuste, bien construit dans l’ensemble, avec un design « Urban Camo » réussi, des réglages complets et un choix d’habillage agréable surtout par forte chaleur.
D’un autre côté on a une partie de ces réglages qui n’est pas très efficace comme nous l’avons vu et un confort pas toujours au top (cela dépendra en partie des morphologies et goûts de chacun)
A 250€ le fauteuil, ce sera donc à chaque joueur de savoir ce qu’il attend de son fauteuil gaming et si ce Nitro Concept S300 pourra correspondre à ses critères de choix.

Les plus :

  • Qualité de fabrication
  • Réglages complets
  • Camouflage réussi et habillage tissu agréable

Les moins :

    • Fonction tilt inutilisable
    • Accoudoirs qui coulissent dès qu’on s’appuie dessus
    • Dureté et taille excessives du coussin lombaire

Ou l’acheter ?

Liens utiles

Galerie