Nous poursuivons notre exploration de la gamme Elite Pro de Turtle Beach avec ce nouveau test. Après la découverte du Tactical Audio Controller (TAC) tout récemment, il était logique de poursuivre avec l’accessoire central de la gamme : le casque Elite Pro en personne. La gamme propose plusieurs autres accessoires à utiliser avec le casque mais vendus séparément.

Aujourd’hui, nous testerons en plus du Turtle Beach Elite Pro le micro de compétition Elite Pro à « isolation acoustique » qui pour moi est le plus intéressant à découvrir avec. Le test portera à la fois sur l’utilisation du casque seul et sur son utilisation couplée avec le TAC.

Présentation

La gamme Elite Pro que Turtle Beach a créée avait pour but de fournir aux joueurs esport « l’arsenal audio ultime » (je cite la marque) : casque Elite Pro, microphone de compétition, TAC, amplificateur Elite Pro pour PS4, adaptateur Elite Pro tactique pour Xbox One, autant de matériels pour fournir aux joueurs tout le nécessaire, quel que soit leur support de jeu et leurs préférences, pour pouvoir gagner en compétition.

Le Turtle Beach Elite Pro en test est donc le fer de lance de la marque, et est présenté comme le casque le plus abouti qu’elle propose. Et quand on se voit proposer « un confort hors pair et un son sans égal », on en attend forcément beaucoup !

Casque filaire équipé de 2 haut-parleurs de 50mm, se branchant en jack 3,5 mm, il dispose d’un microphone omnidirectionnel amovible et embarque de nombreuses petites options que nous détaillerons plus loin.

Trailer

Caractéristiques techniques du casque

  • Casque fermé circum-aural
  • Connection : jack 3,5mm
  • Réponse en fréquence : 20Hz-20kHz
  • Drivers 50mm Nanoclear
  • Microphone omnidirectionnel « Pro Gaming Mic » avec technologie TruSpeak
  • Mousse des écouteurs Aerofit

Déballage

A l’instar de ce que l’on peut trouver avec l’Elite Pro TAC, le casque Elite Pro se présente dans un packaging plutôt moderne et design, tout en gardant de la sobriété avec une majorité de noir.

Turtle Beach Elite Pro

L’extérieur du packaging est en fait un « fourreau » de carton, un peu comme une jaquette de livre, reprenant sur fond noir un visuel du produit et de ses caractéristiques.

Turtle Beach Elite Pro

A l’intérieur, le carton s’ouvre en 2 sur une feuille noire où nous est décrite la « quête de la perfection » de Turtle Beach (rien que ça !) pour créer le casque parfait qui semble être nul autre que cet Elite Pro :

« Together we are elite ».

Et bien avec cette entrée en matière, Turtle Beach a intérêt à être à la hauteur !

Turtle Beach Elite Pro

Sous cette feuille noire et un petit séparateur façon velours, on retrouve enfin le Turtle Beach Elite Pro tant vanté, bien calé dans un plastique noir moulé. Les accessoires sont quant à eux en dessous, dans une autre petite boite en carton.

Turtle Beach Elite Pro

On retrouve donc dans cet emballage le Turtle Beach Elite Pro duquel part une prise femelle « déportée » au bout d’un câble d’une dizaine de centimètres : il s’agit donc d’un casque à câble détachable … mais venant se brancher au bout d’un câble fixe lui. Normalement on propose un câble détachable pour un casque afin de limiter les risques de problèmes au niveau de la jonction entre le casque et la prise : si on tire trop dessus ou si on l’endommage, il suffit généralement de changer le câble et problème résolu. Là si vous tirez trop sur la partie fixe du câble, le casque est foutu. Je ne m’étendrai pas sur la bêtise de ce choix … passons.

On retrouve avec le casque uniquement 2 autres éléments : son câble détachable avec télécommande embarquée se branchant sur le casque (son câble fixe en fait) en mini-USB, chose plutôt inhabituelle, et en jack 3,5 mm avec une prise 4 pôles de l’autre côté, ainsi qu’une notice rapide. Et c’est tout.

Comme pour le TAC, cette notice rapide est un peu brève, et il vous sera possible de télécharger la notice complète incluant en un seul fichier tous les appareils de la gamme Elite Pro : elle est ici.

Qualité de fabrication et confort

Une fois le Turtle Beach Elite Pro sorti de son carton, on a 2 impressions immédiates.

La première concerne sa taille : il est massif et à l’air énorme en mains, impression se confirmant une fois sur la tête. Le casque est bien un circum-aural, et pas un modèle compact !

La deuxième concerne la qualité de fabrication : bien que quasi intégralement fait de plastique, il semble d’une qualité et d’une solidité rare. Et cela semble se confirmer en le manipulant.

Entièrement en plastiques noirs mats épais, seuls un logo « Elite Pro » en blanc, un liseré orange autour des écouteurs et un autre autour des articulations viennent rompre cette sobriété.

Turtle Beach Elite Pro

Les écouteurs pivotent à 90° autour de son axe cerclé d’orange pour aider le port du casque autour du cou, et les seules parties visibles en métal vont se situer dans l’arceau.

Turtle Beach Elite Pro

Turtle Beach inaugure avec ce Turtle Beach Elite Pro son système d’ajustement « ComforTec » : il s’agit en fait de 2 bandes en métal souple situées dans l’arceau et glissant à l’intérieur, s’actionnant par le dessus via deux « coulisseaux » en plastique. Le casque propose un système d’arceau suspendu, que l’on trouve plutôt sur des marques orientées matériel audiophile, et c’est généralement gage de confort. Généreusement rembourré de mousse, l’arceau est recouvert d’un tissu type velours : on peut le supporter des heures sans le moindre mal.

Sur le papier, le fait de changer de position pour ces coulisseaux ComforTec, en s’aidant d’une graduation de 1 à 11 sur l’extérieur de l’arceau, permet de « régler la tension exercée par l’arceau et la position des coussinets ». Ça c’est la théorie.

Mais avec la meilleure volonté du monde, et malgré de nombreux tests, je dois bien admettre ne pas ressentir la moindre différence une fois le casque sur la tête : de 1 à 11, j’ai exactement le même ressenti. Je ne sais pas si le modèle de test présentait un problème, mais ce système n’est pour moi pas une réussite.

ComforTec, « norme Turtle Beach » dé-validée ….

Plus gênant encore, moi et ma grosse tête sommes obligés d’utiliser le casque à son réglage maximum, et là encore, il est presque petit, il s’en faut de très peu pour qu’il ne m’aille pas.

Turtle Beach Elite Pro

Chaque écouteur peut coulisser à la verticale sur 3 positions identifiables via une petite ouverture circulaire à l’extérieur permettant de lire cette position, et ainsi aux différentes tailles de tête … sous réserve que celle-ci ne soit pas trop grosse. Je ne saurai que trop conseiller les futurs acheteurs d’essayer le casque avant l’achat, sous peine de risquer une mauvaise surprise une fois le Turtle Beach Elite Pro sur la tête.

Quoi qu’il en soit, ce système est simple et fonctionne parfaitement, et permettra un ajustement précis du casque, associé à l’arceau suspendu, pour correspondre à la tête de la plupart des joueurs.

Passons maintenant aux écouteurs et leurs imposants coussinets. Ils présentent une originalité que je n’avais jamais vue avant : ils sont recouverts sur leur partie extérieure (la tranche en quelque sorte) de similicuir alors que la partie en contact avec la peau autour des oreilles est en tissu : un compromis entre isolation passive, sensation de chaleur limitée, et confort. Turtle Beach innove également avec ces coussinets qui disposent de la technologie « Aerofit », se traduisant par l’usage de fibre spandex (élasthanne) et mousses à mémoire de forme. Très épais et moelleux, les coussinets sont particulièrement confortables et semblent comme pour le reste d’excellente facture. Le choix du similicuir+ tissu est original pour un casque fermé, mais l’isolation passive du casque reste plutôt bonne, et la sensation de chaleur au niveau des oreilles assez peu présente malgré les longues sessions de jeu.

Turtle Beach Elite Pro

Autre nouvelle technologie liée aux coussinets : le système spécial lunettes « ProSpecs », créé rien que pour ce Turtle Beach Elite Pro. Il permet de « creuser » la forme des coussinets de manière à limiter la pression exercée sur les branches de lunettes des joueurs qui en portent. Il faut reconnaître que l’idée est excellente et inédite. Un bon point pour Turtle Beach ! En fait, les coussinets peuvent se déclipser en faisant une rotation de leur base en plastique, laissant accès par l’intérieur à une « languette » en caoutchouc extrêmement fine. Percée de 5 trous, il faudra venir la placer sur un picot en plastique en choisissant le trou qui convient pour « creuser » suffisamment la forme des coussinets.

Dans la pratique, cela fonctionne bien : la languette est reliée à l’intérieur du coussinet, et on voit que le fait de tirer dessus tire également la garniture à l’emplacement exact où passent vos branches de lunettes.

Le fait de creuser les coussinets n’impacte pas vraiment l’isolation passive, ou du moins tellement peu que je n’ai pas réussi à entendre de différence. Par contre la pression exercée par vos branches de lunettes sur votre crâne à cause du casque disparaît quasiment totalement : mission accomplie !

Turtle Beach Elite Pro

Le détail sur lequel j’émettrai juste une réserve est la languette elle-même : TRÈS fine et d’apparence fragile, je ne suis pas sûr qu’elle tienne la longueur si vous changez régulièrement ce réglage. J’ai eu peur de la déchirer en l’enfilant sur le picot en plastique. A voir sur du plus long terme.

Turtle Beach Elite Pro

Une dernière parenthèse sur la télécommande filaire du casque : plutôt petite, sans clip permettant de l’attacher, elle est en plus placée très bas sur le fil, environ à la hauteur de la taille si vous vous mettez debout avec le casque sur la tête. Permettant de régler le volume sonore et de couper le microphone via un curseur, choses plutôt standards, il faut avouer qu’elle est vraiment quelconque, en plus d’être très mal placée sur le fil. Des commandes au casque auraient été plus appréciables.

Une fois passées cette ribambelle de « nouvelles technologies » et le Turtle Beach Elite Pro sur la tête, il faut bien reconnaître que sur le plan du confort, il tient ses promesses. Le vrai seul défaut vient pour moi du fait qu’avec ma tête, je suis réglé sur la taille maximale du casque, l’arceau suspendu arrivant en butée de l’arceau fixe, mais ça reste vraiment confortable : il n’aurait juste pas fallu que ma tête fasse 1 cm de plus … Ça et la télécommande mal placée.

Turtle Beach nous fait donc découvrir un casque d’excellente facture, apportant son lot de nouveautés (même si certaines sont des « pétards mouillés »), et s’offrant le luxe d’être confortable en plus du reste, pour peu de ne pas avoir une trop grosse tête. Checked !

Rendu audio du Turtle Beach Elite Pro

Maintenant que nous avons souligné les nombreuses qualités du casque Turtle Beach Elite Pro en termes de construction et d’ergonomie, passons à son rendu audio.

Le portrait va être moins idyllique, je préviens d’entrée.

Si le rendu audio global n’est pas mauvais en soi, il faut bien reconnaître qu’il offre tout ce qui se fait de plus « standard » dans le genre.

Les drivers « NanoClear », nouvelle technologie Turtle Beach sans fondement technique, promet « un son riche et plus précis pour un chat d’équipe limpide et une expérience audio véritablement captivante » : ne tachez pas votre slip tout de suite, attendez la suite.

Turtle Beach Elite Pro

La plage de fréquence couverte, allant de 20 Hz à 20 kHz comme beaucoup de casques (bande de fréquence classique audible par l’oreille humaine), semble légèrement limitée, comme « resserrée » et d’oreille je parlerais presque d’une signature en « U » là où une signature en « V » est beaucoup plus courante (courante ne veut pas dire à votre goût, en tous cas pas au mien) : les graves sont généreux et très mises en valeur, quoi qu’avec un rendu étouffé surprenant. Commence ensuite un grand désert sur toute la partie centrale du spectre, limitant sérieusement une bonne partie des sons ou instruments s’exprimant dans ces fréquences, pour aller vers des aigus, elles-aussi mises en avant. Malgré ces graves et aigus plus généreux, l’ensemble du rendu donne une sensation « étouffée », comme si un voile écrasait un peu l’ensemble des sons. La largeur de scène n’étant pas non plus exceptionnelle, même pour un casque fermé, le rendu global est pour moi tout juste passable et ne propulsera pas à lui seul l’Elite Pro au rang de casque « mémorable ».

Cette impression étant basée sur son rendu naturel, il sera laborieux de venir corriger cette tendance avec un égaliseur ou autre.

Branché sur son boitier dédié, l’Elite Pro TAC (Tactical Audio Controller) viendra lui apporter des traitements audio afin de modifier son rendu et y ajouter la spatialisation à travers du Surround émulé. Cette sensation de vide sur une partie du spectre se confirme là aussi et ce quels que soient les différents presets essayés, alors qu’il aurait été possible je pense d’avoir beaucoup mieux.

Le constat est donc bien décevant, venant d’autant plus du haut de gamme de la marque, là où on aurait attendu, au moins lorsqu’il est associé à son boitier TAC, un rendu de tout premier ordre.

Le Turtle Beach Elite Pro est un casque au rendu déséquilibré et imparfait, et pour moi, le choix de son achat se fera en fonction de votre profil et de l’utilisation que vous en aurez.

2 cas de figure sont possibles, allant dans le même sens que ce que j’avais indiqué lors du test du TAC :

  • Si vous voulez utiliser le Turtle Beach Elite Pro seul pour jouer, je ne saurais que trop vous conseiller de garder votre argent et de vous diriger vers un autre modèle : vous aurez un rendu identique pour beaucoup moins cher, ou au choix un BIEN meilleur rendu au même prix : les modèles sont très nombreux dans les 2 cas, et vous aurez l’embarras du choix en parcourant nos tests sur le site.
  • Si vous voulez utiliser le casque Elite Pro avec son boitier TAC, il vous restituera donc un son Surround émulé ainsi que les effets audio sélectionnables sur ce boitier. Dans ce cas-là, 2 profils de joueurs sont de nouveau possibles :

A. Vous êtes un joueur pro ou équivalent, et votre raison de vivre, c’est votre score in-game et votre performance. Dans ce cas, ce combo Elite Pro + TAC fera votre bonheur en vous offrant les « armes » nécessaires pour réussir vos objectifs : sons particuliers mis en valeur (bruits de pas, de rechargement, …), spatialisation précise des coups de feu dans les FPS, microphone performant (nous voyons ça dans la partie suivante), bref, tout l’attirail pour gagner. La fidélité du rendu audio ne sera pas vraiment au RDV, mais il n’est pas question ici de confort audio mais bien de résultats.
B. Vous êtes un joueur « normal » qui ne fait pas spécialement de compétitions mais qui au contraire, prend plaisir à apprécier un jeu, la qualité de ses sons et a envie de vivre une expérience audio « réaliste » : le casque Elite Pro et son boitier TAC, bien qu’offrant 16 presets au total et le Surround, ne parviendront pas à vous donner pleine satisfaction malgré la bonne spatialisation, et un autre combo casque + boitier devra être envisagé (cet avis n’engage que moi évidemment).

Rendu du microphone

Comme pour l’Elite Pro TAC, le Turtle Beach Elite Pro mérite un chapitre microphone détaillé. Comme vous l’avez sans doute compris en lisant le test du TAC, la gamme Elite Pro axe une grande partie de ses efforts sur la partie microphone.

Le Turtle Beach Elite Pro est fourni bien entendu avec une perche microphone amovible, le « microphone de joueur professionnel doté de la technologie TruSpeak » (nom long officiel), mais nous avons également pu le tester avec un microphone vendu séparément, comme je le disais en introduction, le « microphone de compétition à isolation acoustique ».

Dans les 2 cas, le rendu audio est vraiment très bon, au-dessus de ce qui se fait habituellement pour du matériel gaming.

Voyons pour chacun des 2 modèles les impressions sur leur rendu :

1. Microphone de joueur professionnel doté de la technologie TruSpeak

Le microphone de série est omnidirectionnel. Il capte avec précision votre voix et pour l’avoir testé dans des environnements bruyants, j’aurais presque parié sur le fait qu’il était unidirectionnel, tant il atténue bien les sons alentours. Aucun problème de fidélité donc au niveau de votre voix qui sera captée même si vous parlez doucement.

2. Microphone de compétition à isolation acoustique

Notez bien que ce microphone unidirectionnel ne peut être utilisé sur le casque QU’AVEC l’Elite Pro TAC : utilisé avec le casque seul, sans boitier, il ne captera pas votre voix.

Son test a donc eu lieu branché sur le boitier de la gamme, et alors là, je dois m’incliner bien bas, il faut avouer que le résultat est époustouflant. Autant je trouve le travail sur le rendu audio du casque indigne du haut de gamme Turtle Beach, autant le travail effectué sur ce micro couplé au TAC est bluffant : en jouant avec les curseurs du TAC pour régler l’amplification du micro et son « seuil de détection » (très facile), ce microphone est une vraie « forteresse audio » ! J’ai mis en fond sonore de la musique A FOND, à peine supportable pour les oreilles, histoire de reproduire une ambiance « compétition esports » avec les cris et tout ce qui va avec. Et bien le micro réglé ne bronchait pas et ne laissait passer aucun son. Et une fois que je commençais à parler, le micro s’activait pour laisser passer ma voix parfaitement claire et amplifiée, et la cacophonie ambiante passant pour un murmure en arrière-plan. Incroyable ! Le travail de filtrage effectué par le boitier est vraiment parfaitement maîtrisé, et confirme bien l’orientation « chat haut de gamme » du TAC et du casque Elite Pro.

Bilan. Avec le micro d’origine qui est très bon, et d’autant plus avec le microphone de compétition associé au TAC, la gamme Elite Pro ne trompe pas : elle est spécialement taillée pour le chat et le résultat est bien là !

Conclusion sur le Turtle Beach Elite Pro

Il faut bien admettre que même s’il est habitué à sortir du matériel de qualité, Turtle Beach aime bien s’écouter parler en sortant toujours de nouvelles « technologies » pleines de superlatifs dont le nom est une façade derrière laquelle il n’y a souvent pas grand-chose.

Pour cet Elite Pro, nous sommes servis : ComforTec, Aerofit, ProSpecs, TruSpeak, NanoClear, faites votre marché. Si certaines ne veulent tout simplement rien dire, il faut admettre que Turtle Beach a su pour une fois au moins innover avec le ProSpecs qui fonctionne bien, et sur le papier avec le ComforTec qui pour ma part ne m’a par contre rien apporté.

La partie casque m’a fait penser un peu à un bel écrin vide : extérieurement d’une qualité excellente quasiment en tous points, mais « à l’intérieur » avec un rendu audio tout juste passable.

La partie microphone est heureusement là pour relever le niveau et offre une expérience pour le chat tout simplement exemplaire, mettant à mes yeux ce casque sur la première marche du podium sur ce point (et d’autant plus avec le micro de compétition associé au Elite Pro TAC).

Reste que pour 199 € le casque seul, auxquels s’ajouteront encore 39€ pour le micro de compétition, ça fait cher payer un casque très moyen sur la partie audio…

Pour moi, si vous êtes pro-gamer ou un streamer qui veut avant tout gérer la partie voix, le choix peut s’avérer intéressant car la qualité des composants associés au traitement audio du TAC est vraiment au top.

Mais pour les autres joueurs qui aimeront un minimum de fidélité audio, le prix est clairement trop haut placé par rapport au service rendu.

Le choix vous appartient donc.

Les plus :

  • Qualité de fabrication exemplaire
  • Rendu des 2 microphones disponibles exemplaire
  • Technologie ProSpecs appréciable pour les porteurs de lunettes

Les moins :

  • Prix trop élevé
  • Rendu audio très décevant
  • Nombreuses technologies illusoires
  • Câble détachable branché sur câble fixe …

Ou l’acheter ?

Liens utiles