Il y a quelques années en 2016, nous avons testé sur GamerStuff notre premier moniteur gaming portable : l’idée de pouvoir emmener en déplacement sa console ainsi qu’un écran de manière simple nous avait vraiment séduit, et nous continuons depuis à surveiller les nouveautés dans cette famille de produits, toujours à la recherche de la solution idéale pour jouer partout avec notre console de salon.

Il y a pourtant une marque qui existait avant ça, depuis 2010, que je connaissais via internet mais restait jusqu’alors réservée au marché américain.
Et bien il semblerait que depuis quelques mois la donne ait changé : la marque américaine GAEMS est désormais disponible dans nos contrées !
Voilà donc pour nous l’occasion de tester le premier modèle de la marque, j’ai nommé le GAEMS Vanguard !

Ce test est fait sans instruments de mesure : les appréciations données tout au long de l’article sont faites avec le plus d’objectivité possible mais se baseront sur mon ressenti personnel plutôt que sur des mesures chiffrées.

La marque GAEMS

C’est en 2007 que la marque américaine GAEMS a vu le jour. Elle est le fruit de l’imagination des 2 co-fondateurs qui cherchaient comment emmener leurs Xbox pour jouer lors de leurs déplacements professionnels (les Saint Hommes, comme je les comprends ! ^^).

L’aventure a donc commencé ainsi en 2010, avec une Xbox 360 et un écran 15” monté tant bien que mal dans une mallette Pélican (marque réputée pour produire une immense gamme de mallettes de transport en tous genres et surtout d’excellente qualité).
Ce prototype n’était donc que le premier épisode d’une série de modèles qui ont ensuite vu le jour, repoussant à chaque fois un peu plus loin les performances de leurs produits.
Mais que l’on ne s’y méprenne pas : GAEMS ne produit pas des mallettes, des écrans transportables, ou autres. GAEMS vend des “Personnal Gaming Environnement” (PGE), comprenez des “Environnements de jeu personnels”, rien de moins 🙂
Le terme est accrocheur et finalement bien représentatif de ce que représentent ces mallettes toutes équipées.

Nous testons donc aujourd’hui le GAEMS Vanguard, “PGE” ayant vu le jour initialement en 2012.

Présentation

Le GAEMS Vanguard est toujours un des modèles au catalogue de la marque, malgré son ancienneté. Je n’ai pas réussi à savoir si des composants ont été changés ou si des caractéristiques ont évolué entre le modèle sorti en 2012 et celui du test aujourd’hui en 2020.

Quoi qu’il en soit, il s’agit donc d’un “environnement de jeu personnel” comme le propose la marque, composé d’une mallette de transport en plastique rigide venant accueillir un écran de 19” ainsi qu’un emplacement pour votre console et ses accessoires.
Le modèle est compatible avec toutes les consoles Sony et Microsoft de la génération actuelle (PS4/XBox One) ainsi que celles de la génération précédente.
Toutes ? Oui, toutes … sauf une : la PS4 Pro qui n’est pas parmi les modèles officiellement compatibles. Vous verrez que pour ce test, c’est malgré tout une PS4 Pro qui servira de cobaye, et que même si GAEMS ne garantit pas son Vanguard pour une utilisation avec cette console, ça reste techniquement possible.
Tenez-vous le pour dit : pour GAEMS, c’est “pas bieeeen !” A vous de voir si vous prenez le risque.

Caractéristiques techniques du GAEMS Vanguard

Écran

  • Résolution : 1366 x 768 px (720p natif – 1080p upscaled)
  • Ecran 19″ EL-LED
  • Dalle technologie TN
  • Ratio 16/9
  • Fréquence : 60Hz
  • Couleurs : (8 bit) 16,7 M

Mallette au complet

  • Compatibles avec les consoles PS4, XBOX ONE, PS3 et XBOX 360
  • Voltage 100-240v AC
  • Ergonomie : angle de vision ajustable (90° ou 102°)
  • Audio : Haut parleurs stéréo intégrés
  • Connectiques : 1 entrée HDMI, 2 prises d’entrée audio jack 3,5 mm, 1 prise secteur
  • Accessoires inclus : 1 câble HDMI 30,5 cm, 1 câble d’alimentation avec transformateur secteur
  • Dimensions : 48,26 cm x 17,78 cm x 42,5 cm
  • Poids : 4,5 kg

Teaser

La marque n’a pas fait de vidéo de présentation officielle pour le Vanguard, aussi je vous propose une autre vidéo où ils présentent toute leur gamme :

Et pour les aventuriers n’ayant pas peur de casser leur matos, une autre petite vidéo montrant qu’il est si simple d’emmener sa config partout avec soi … 🙂

Présentation en vidéo

Pour les réfractaires à la lecture, rassurez-vous, j’ai aussi fait un test vidéo du produit : ça vaut ce que ça vaut mais au moins vous aurez toutes les infos principales :

Déballage et prise en main

L’emballage de la mallette est forcément massif au vu des proportions de l’écran : c’est un sur-carton “brut” (non présent sur les photos) avec juste les références du produits imprimées en noir, il vient accueillir le “vrai” carton du GAEMS Vanguard.

Une “jaquette” aux couleurs bleu et noir de la marque présentant un visuel sur chaque face du produit et détaillant ses caractéristiques, à l’intérieur duquel encore un carton que l’on porte avec une poignée et venant accueillir enfin la station de jeu. On y est enfin ! ((NDLR : ça fait beaucoup de cartons de protection pour une mallette dite de « transport »)

Une fois le GAEMS Vanguard sorti de son dernier sac plastique de protection, nous voici donc avec cette imposante mallette faites en solide plastique noir mat. Celui-ci est épais et semble aussi solide que résistant à l’abrasion/usure : une coque extérieure semblant construite pour durer donc, à l’image de la mallette Pélican qui avait accueilli en son temps le prototype de la marque.


On retrouve le logo circulaire de la marque sur le dessus et le nom en toutes lettres à l’avant derrière l’énorme poignée de transport renforcée.


Sur le dessous, 3 épaisses bandes de caoutchouc servent de protection et permettent de poser l’ensemble de manière stable et sécurisée.

Sur chaque côté, une longue patte en plastique solide vient sécuriser la fermeture en partant du bas et venant attraper la partie haute du couvercle. Comme si ça ne suffisait pas, un emplacement renforcé permet de venir accueillir un cadenas. L’idée est bonne, mais je pense qu’une personne avec de mauvaises intentions ne s’encombrera pas avec ce cadenas : elle prendra le Vanguard sous le bras et ira tranquillement faire sauter le cadenas chez elle.

A l’arrière, on retrouve là encore 2 épaisses bandes caoutchouc qui serviront de pied au couvercle accueillant l’écran de la station de jeu. Une large patte doublée de caoutchouc, pivotant elle aussi, est présente : elle permet une fois déployée une ouverture de l’écran à 90° si vous jouez la tête à la hauteur de l’écran, par rapport aux 102° si la station est ouverte avec cette patte repliée (permettant de jouer avec la tête positionnée plus haut que l’écran).

Mais assez tâtonné à l’extérieur, ouvrons maintenant ce GAEMS Vanguard.

La mallette s’ouvre en “2 parties égales” symétriques, la partie supérieure accueillant l’écran solidaire du couvercle, la partie inférieure supportant la console. Une solide charnière où des parties en épais plastique entrecroisées autour d’un axe en métal vient assurer la fluidité de l’ouverture.
Une mousse protège l’écran lors du déballage initial : bien qu’elle ne soit pas esthétique, j’aurais tendance à vouloir la garder pour la remettre en place lors des transports. Je suis peut-être parano …

On retrouve à l’intérieur les accessoires dans un carton :

  • 2 sacoches en tissu noir synthétique tressé, très solide et donnant un effet légèrement « rembourré ». Elle viendront accueillir les accessoires lors des transports.
  • 1 câble HDMI de 30cm pour relier la console à l’écran
  • 1 bloc d’alimentation pour la station de jeu (fourni avec prise FR et UK)
  • 1 télécommande compacte infrarouge
  • 1 solide sangle de transport avec un renfort matelassé en relief orné du logo de la marque

L’écran dalle TN de 19” en résolution 720p est donc fixé sur le couvercle et vient accueillir juste en dessous les différentes touches de réglage : ON/OFF, réglage du volume, de la luminosité, et Menu. Je détaillerai les réglages un peu plus loin.

Encore en dessous, 4 connecteurs sont présents : 1 prise HDMI, 2 prises jack 3,5 mm pour brancher 2 casques audio et 1 pour la prise de l’adaptateur secteur. De part et d’autre des boutons, 2 petits haut-parleurs ont été intégrés sous l’écran, permettant de profiter de l’audio du jeu si vous n’avez pas de casque ou d’écouteurs à brancher sur les prises jacks.
2 petites bandes sur les côtés de l’écran ainsi que le nom de la marque juste en dessous viennent s’éclairer en bleu une fois celui-ci allumé, ajoutant une petite touche gamer/geek discrète mais sympa.

 

Pour la partie basse du GAEMS Vanguard, nous retrouvons au centre l’emplacement où la console doit être fixé. Celle-ci devra être posée sur une plaque en mousse très dense, recouverte sur le dessus d’une fine épaisseur de tissu synthétique. Cette plaque préformée dispose de plusieurs encoches, permettant de caler au mieux les consoles de différentes tailles. Encore une fois, je le redis au passage : même si ce test illustre le GAEMS Vanguard avec une PS4 Pro, cette console n’est pas censée être utilisée avec ce modèle.

2 larges sangles partent du dessus de la console, traversent de solides boucles solidaires du fond de la mallette et reviennent se scratcher sur le dessus de la console : une fois bien tendues, la console, bien plaquée par les sangles contre la plaque en mousse au fond de la malette, ne bougera pas d’un poil lors de vos déplacements.
Une fois le tout bien sanglé, il ne reste plus qu’à brancher.

A l’aide du câble HDMI de 30 cm fourni, branchez la console à l’écran. Le câble possède une fiche coudée de chaque côté : autant pour le côté console c’est quasi indispensable vu le peu de place dont on dispose, autant pour l’écran c’est moins pratique qu’une fiche droite. Ca reste un détail, ce câble court étant malgré tout bien pratique.
On branche ensuite électriquement la console comme d’habitude avec son câble habituel.
On branche enfin le GAEMS Vanguard électriquement lui aussi, l’alimentation servant pour l’écran bien sûr, mais aussi les haut-parleurs et les quelques LEDs.

Il faut noter qu’il est clairement spécifié dans la notice de débrancher tous les câbles à chaque pliage. Alors certes ce ne sont “que” 3 câbles, mais ça n’en reste pas moins contraignant : quitte à faire un environnement portable de jeu facilement “déployable”, pourquoi GAEMS n’a-t-il pas prévu un recoin de la mallettes avec une mini multiprise et un passe-câble afin d’y brancher écran et console et ainsi n’avoir plus qu’une prise électrique à brancher ? Quant au câble HDMI, je suis sûr qu’un système propre de goulotte ou équivalent aurait permis de le laisser continuellement branché.
Certes je chipote un peu, mais quand on voit la qualité du travail de conception à côté, on se dit que ce genre de petit plus seraient les bienvenus. Peut-être dans de futures versions.

Ergonomie et confort de jeu

La question qui nous importe le plus une fois la console bien calée dans la station de jeu et les accessoires à portée de main : ce GAEMS Vanguard va-t-il me permettre de profiter de mes jeux dans de bonnes conditions quand je ne suis pas chez moi ?
La réponse est oui, même si nous allons le voir, il reste cependant des pistes d’améliorations.

Commençons par la partie ergonomie.

Par ergonomie j’entends la “praticité” de l’installation, que ce soit pour déplacer son matériel de jeu et ensuite une fois posé, pour jouer confortablement.
De ce côté, il est dur de trouver le moindre reproche à faire à cet environnement de jeu : comme nous l’avons vu plus haut, la qualité de fabrication globale de la mallette est vraiment excellente, et la marque semble avoir pensé à un grand nombre de détails importants.


Le transport se passe sans encombre, la solide poignée et la sangle rembourrée aidant à se sentir en sécurité, l’extérieur de la mallette étant protégé de manière uniforme par la coque rigide vraiment résistante.
Le système de fermeture avec les 2 larges pattes est simple et fonctionne très bien : on se dit que même si la mallette tombait, roulait ou autre, elle resterait bien fermée, protégeant au mieux son contenu.
Le système de fixation de la console à l’intérieur, avec les 2 sangles à scratch venant la plaquer solidement contre la plaque en mousse dense en dessous, est vraiment sécurisant. Pour avoir essayé de secouer énergiquement la mallette dans tous les sens, je pense que ce système est aussi simple qu’efficace.

L’intégration de l’écran dans le capot est vraiment réussie elle aussi, et s’il n’y avait pas quelques vis à l’avant permettant probablement de démonter celui-ci, on pourrait croire que le capot et l’écran ne font qu’un. Quand on rabat le capot pour fermer le GAEMS Vanguard, on voit bien qu’il reste un espace suffisant entre la console et l’écran, point rassurant si on doutait un peu du concept : la console ne sera pas à 2 mm de l’écran mais à plusieurs centimètres, ceci ajoutant une “marge de sécurité” supplémentaire si quelque chose venait malgré tout à bouger à l’intérieur ou se desserrer.

Et justement si quelque chose peut bouger, c’est ni l’écran ni la console selon moi, mais uniquement les accessoires.
Ce sont justement pour ces pochettes de rangement que je suis assez mitigé. D’un côté, il faut avouer qu’elles sont vraiment bien faites : toutes faites de mailles synthétique tressée hyper solide, elles viendront accueillir et protéger câbles, manettes et petits accessoires de manière efficace : fermant à l’aide d’un cordon disposant d’un arrêt de cordon, rien n’en ressortira pour se promener dans la mallette lors du transport.
Si vous jouez avec un casque par contre, oubliez tout de suite l’idée de le faire rentrer dedans, il vous faudra le transporter séparément.
Le problème avec ces pochettes vient du transport : elles se posent de part et d’autre de la console et une fois le capot fermé, seul l’écran vient les caler. Si la mallette est un peu malmenée lors du transport, je ne serais pas rassuré de savoir que ces accessoires vont venir taper la dalle de l’écran, même avec l’épaisseur du tissu des pochettes pour amortir. Et les arrêts de cordon en plastique dur eux sont également en contact avec l’écran. Par précaution je ne saurais que trop vous recommander de ne pas trop charger ces sacoches : pour ma part, je me suis limité aux câbles, et quitte à avoir un petit sac à dos à côté pour le casque, autant y ajouter les manettes et autres accessoires plus lourds qui seraient susceptibles d’endommager l’écran.
Je ne comprends pas que GAEMS n’ait pas prévu une petite bande en scratch supplémentaire par exemple, comme celles bloquant la console, pour venir faire le tour des pochettes et les fixer à côté de la console.

Donc si on laisse de côté le transport des accessoires et l’usage des pochettes, on peut dire que le GAEMS Vanguard propose donc une ergonomie étudiée et une bonne solidité, permettant parfaitement de remplir son rôle.

Abordons maintenant le confort de jeu qui est l’autre critère primordial à prendre en compte.

Vous voilà donc avec votre GAEMS Vanguard ouvert, branché et son écran et votre console sous tension. Installez-vous confortablement devant votre station, déployez ou non la béquille sous l’écran afin de choisir entre une orientation de l’écran à 90° ou 102° selon la hauteur de vos yeux, et c’est parti !

Premiers constats suite à quelques heures de jeu sur l’écran : 19 pouces, c’est vraiment le minimum qu’il fallait pour jouer convenablement. Vous vous tiendrez probablement pas juste derrière votre station de jeu, surement 20 à 30 cm en plus de la profondeur de la mallette, et l’air de rien, plus on recule, plus l’écran diminue. Et à cette distance, les 19 pouces semblent effectivement “juste ce qu’il faut” pour profiter de la qualité d’affichage, des graphismes etc … En dessous, l’écran aurait fait petit. A noter que la technologie de dalle TN nécessite aussi que vous restiez autant que possible bien face à l’écran, les angles de vision étant plus réduits que sur une dalle IPS par exemple.
Passons ensuite à la résolution : 720p (upscalable à 1080p), c’est à dire 1366×768 pixels (ou 1920×1080 “simulés”). A l’ère des 4K vidéos, les Full HD 1080p semble être le grand minimum pour pouvoir jouer aux derniers titres, repoussant toujours plus loin la qualité des graphismes, dans de bonnes conditions. Ces 720p s’avèrent donc un peu limite, avec une petite sensation d’aliasing à laquelle je faisais beaucoup moins attention sur des moniteurs avec une plus grand résolution.
Voilà c’est dit.

Si l’on passe ces 2 critères, il faut bien avouer que la “sauce prend” tout de suite : même si on n’est pas avec le “super écran de la mort” qu’on a à la maison, jouer sur le GAEMS Vanguard s’avère être extrêmement agréable : avec sa fréquence d’affichage de 60 Hz, l’image est fluide, aucun effet de rémanence ou de ghosting, et jouer à des titres exigeants comme des FPS en ligne s’avèrera tout à fait possible. A aucun moment l’écran n’a faiblit ou montré d’autres limites que celles citées plus haut : GAEMS propose donc une expérience de jeu solide qui saura sans nul doute convaincre les gamers exigeants.

Un mot sur la partie audio, vu que le GAEMS Vanguard propose je le rappelle des hauts-parleurs en plus des prises jack permettant de brancher jusqu’à 2 casques. Vu leur taille minuscule, je vous avoue que je m’attendais à un rendu audio franchement mauvais.
Et bien sans dire qu’on a affaire à un home cinema, il faut admettre que vu leur taille, le rendu audio est propre : certes le volume ne fera pas trembler vos murs, mais il vous permettra malgré tout de profiter du son de vos jeux avec un rendu très correct. Ayant l’habitude de ne jouer qu’au casque, j’ai vite basculé sur les prises jack qui restituent le son stéréo comme vous l’auriez en vous branchant sur la manette, mais les hauts-parleurs n’en restent donc pas moins une solution de secours tout à faite satisfaisante.

GAEMS ne communiquant presque aucune caractéristique, je ne peux donc que parler ici de mon ressenti sur la partie image comme sur l’audio, sans mesure ou autre vérification technique, mais le plus important est je pense de savoir comment le gamer se sentira en profitant de cet “outil” lui étant dédié.

Je pense donc que ce GAEMS Vanguard remplit là encore parfaitement la mission pour laquelle il est fait : permettre de jouer en déplacement dans des conditions vraiment bonnes, à l’aide d’une station ergonomique et performante, tout simplement.

Réglages

Le menu du GAEMS Vanguard propose quelques réglages qui permettront d’utiliser votre station de jeu dans les meilleures conditions possibles.

Ceux-ci sont répartis en 3 catégories:

Image

 

Plusieurs réglages tant classiques qu’indispensables sont disponibles dans ce menu : choix parmi 6 presets de réglage de l’image jouant sur la luminosité/contraste/netteté/saturation, choix entre les températures froides/normales/froides et réglage du ratio de l’image.
Rien de foufou, le strict nécessaire, mais on n’en n’attendait pas moins.

Son

N’oublions pas que le GAEMS Vanguard, c’est un écran mais aussi des haut-parleurs intégrés et des prises casques. Comme pour la partie “Image”, on retrouve ici des grands classiques : choix parmi des presets de réglage de l’égaliseur ou réglage personnalisé, réglage de la balance gauche/droite des hauts-parleurs (pour les personnes ayant un problème d’audition d’une oreille ?) et activation du “son ambiophonique”.
Ce dernier réglage est censé activer un équivalent de son Surround sur les hauts-parleurs, et (peut-être ?) sur les prises jack. Alors clairement, avec les 2 hauts-parleurs très serrés situés devant vous, clairement inutile d’espérer avoir un quelconque effet Surround. Au casque non plus, en me branchant sur les jacks sous l’écran, je n’ai rien perçu de bien concluant : en activant ou non l’option, on perçoit une petite différence de traitement audio, mais je suis incapable de percevoir un son 3D …
Heureusement, comme dit un peu plus haut, même sans cette option, le rendu audio du GAEMS Vanguard reste bon vu la taille des hauts-parleurs.

Options

Dans ce menu, il n’y a pas de quoi se perdre non plus : choix de la langue et de la transparence de l’OSD de l’écran et choix de la durée de mise en veille. Cette dernière n’a pas grand sens je pense, car une fois qu’on finit de jouer, généralement on éteint console et écran donc bon …
Rien de transcendant donc dans ces réglages très classiques dans l’ensemble, mais qui ont le mérite d’être disponibles pour affiner les rendus visuels et audio selon vos goûts.


L’usage de la télécommande aide bien au réglages, évitant de se pencher pour atteindre les boutons sous l’écran : elle est simple et compacte et fait parfaitement l’affaire pour les quelques fois où vous serez amené à toucher à ces réglages.

Conclusion sur le GAEMS Vanguard

Comme nous l’avons vu au travers de ce test, cet environnement de jeu personnel remplit parfaitement son rôle à tout égard : formé d’une solide mallette sobre et esthétique, intégrant un écran 19 pouces adapté pour le jeu, accueillant quasiment toutes les consoles actuelles (sauf la PS4 Pro en théorie), le GAEMS Vanguard s’est avéré être une excellente solution pour jouer lors des déplacements.
2 seuls petits défauts à mes yeux : la résolution 720p un peu juste et le fait de devoir à chaque fois tout recâbler à l’intérieur et brancher séparément écran et console.
Rien de rédhibitoire rassurez-vous, ce “PGE” satisfera sans aucun doute l’immense majorité des gamers.
Vendu 319 € en moyenne sur les différents site, je trouve ce prix raisonnable : une mallette de qualité n’est en général pas un accessoire donné, et l’écran 19 pouce qu’il intègre, le système de fixation de la console et les quelques accessoires viennent “compléter l’ardoise”. Si on fait le calcul, l’achat d’un moniteur avec des caractéristiques proches et d’une mallette assez grande pour transporter écran et console (la protection en moins) s’approcherait rapidement de cette somme.
Donc selon moi, le GAEMS Vanguard est un accessoire indispensable au gamer nomade voulant tout emporter avec lui pour un prix modéré.

Les plus :

  • Excellente qualité de fabrication générale
  • Intégration réussie de l’écran et des hauts-parleurs dans la station de jeu
  • Compatibilité avec un grand nombre de consoles
  • Haut-parleurs intégrés suffisants pour profiter de l’audio des jeux

Les moins :

  • Résolution 720p
  • Branchements à défaire/refaire à chaque déplacement
  • Nécessite 2 prises d’alimentation

Ou l’acheter ?

Liens utiles

Galerie