Nacon poursuit son extension depuis ces dernières années, multipliant le nombre d’accessoires gamers à son catalogue en proposant notamment des produits de plus en plus évolués. La manette Nacon Revolution Pro Controller avait été testée il y a maintenant plus de 2 ans et elle nous avait laissé une impression mitigée. Elle s’était vue proposer une timide évolution avec une version 2 s’apparentant plus à une version « 1.2 logicielle » qu’à une vraie nouveauté.
Aujourd’hui, nous testons le récent modèle Nacon Revolution Unlimited qui cette fois n’apportera aucun doute quant aux nouveautés qu’il embarque.
Cette nouvelle manette est-elle la « Revolution » que nous attendions de la part de Nacon ?
C’est ce que nous allons voir.

Teaser

Présentation

La manette Nacon Revolution Unlimited présente l’avantage d’être officiellement homologuée par Sony, elle est donc estampillée « produit officiel Playstation» : c’est normalement gage de qualité, Sony n’apposant pas son « tampon » sur n’importe quel produit.

Comme sa petite soeur la Nacon Asymmetric testée par Netrunner, cette manette PS4 embarque une disposition des sticks asymétriques (comme sur Xbox).
Elle peut être utilisée en filaire ou en bluetooth, offre à l’arrière 4 boutons raccourcis programmables reprenant le principe des fameuses « palettes » proposées par certaines marques, permet le contrôle de la partie audio via des boutons dédiés et dispose d’un logiciel PC de configuration permettant de régler entièrement son fonctionnement.

Voyons le détail ci-dessous.

Caractéristiques

  • Branchement filaire ou connexion sans fil
  • Deux joysticks avec amplitude et forme personnalisables
  • 4 touches de raccourci configurables
  • 3 modes de fonctionnement : PS4, PS4 Advanced et PC Advanced
  • Sortie casque 3,5 mm
  • Commandes du volume microphone et casque intégrées en modes filaire et sans fil
  • Touches directionnelles (4 ou 8 directions via logiciel)
  • LED d’indicateur de statut du joueur
  • 2 moteurs de vibrations personnalisables
  • Compartiments internes avec six poids supplémentaires (2 x 10 g, 2 x 14 g, 2 x 16 g)
  • Batterie intégrée rechargeable de 1300 mAh
  • Câble amovible USB d’une longueur de 3 m
  • Dongle USB bluetooth et étui de rangement rigide inclus

Déballage

Le packaging de la Nacon Revolution Unlimited est à la fois fidèle à ce que propose Nacon pour ses produits et Playstation pour ses accessoires officiels : un carton sobre dans les tons sombres, offrant un visuel avant/arrière de la manette en façade et le détail de ses caractéristiques et fonctionnalités à l’arrière.
Un large bandeau « bleu Playstation » à l’avant rappelle la licence officielle du produit.

En ouvrant ce carton, on tombe sur la notice accompagnée de quelques stickers Nacon, ainsi que sur la housse de protection de la manette : tout le reste se trouvera donc à l’intérieur de celle-ci.

Cette housse de protection est d’excellente facture : coquée et habillée de tissu synthétique intégralement noir, on retrouve le nom de la marque en relief sur la coque à l’avant. Seul un liseré bleu sur la fermeture éclair faisant tout le tour vient un peu rompre la monotonie.

En l’ouvrant on découvre son contenu : la manette Nacon Revolution Unlimited bien entendu, bien calée dans l’intérieur moulé à la forme et recouvert de tissu également, une boite en plastique noir transparent contenant tous les accessoires elle aussi calée par la coque, et sur la partie haute, une poche-filet accueillant le long câble tressé USB-C de 3m ainsi qu’un chiffon microfibre. En sortant la manette de son emplacement, on découvre le dongle bluetooth qui permettra une utilisation sans-fil.
Ce dongle est d’ailleurs identique à celui fourni avec la manette PS4 Nacon Asymmetric.

Cette housse de protection est donc une très bonne chose : aussi compacte que possible, elle permettra de ranger à l’abri la manette et tout le nécessaire pour l’utiliser.

La boite contenant les accessoires, fermant par un système de clip, accueille les 3 jeux de poids qui permettront de venir lester la manette, 2 têtes de joysticks de rechange avec des formes différentes ainsi que 2 jeux de bases de joysticks de diamètre différents. Nous reviendrons plus loin sur l’utilisation de chacun de ces accessoires.

Premières impressions

La Nacon Revolution Unlimited est entièrement noire avec différentes textures : toute la face avant est en revêtement soft touch mat très agréable et doux au toucher.

Ce revêtement se poursuit au dos de la manette sur sa partie haute, alors que la moitié basse des poignées est recouverte d’une sorte de caoutchouc souple disposant d’un quadrillage en relief, offrant une prise en main et une adhérence absolument irréprochable : un super travail de conception et une vraie progression sur les textures et la préhension par rapport au premier modèle.

Sur la face avant, on retrouve :

  • Les quatre boutons principaux (Croix, Rond, Carré, Triangle) légèrement plus larges et bombés que sur la Dual Shock, rendant plus facile leur accès. Leur pression est assez ferme et le « clic » très net et agréable.
  • La croix directionnelle (D-pad) située à la place de l’habituel joystick gauche est concave afin de bien caler le pouce dessus et avec un toucher malgré tout très lisse, permettant de « glisser » facilement dessus d’une direction à l’autre.
  • Le bouton Playstation « PS » est de taille similaire à l’original mais avec un design creusé. Les boutons « Share » et « Options » quant à eux reprennent aussi la forme ovale originale, mais ils sont légèrement agrandis pour être plus accessibles.
  • Les joysticks bien entendu !

    Ce sont les éléments ayant subi le plus d’évolution. L’étroite tête des joysticks a été élargie pour revenir à un diamètre équivalent à celui des Dual Shock.
    Ces têtes de joysticks sont maintenant interchangeables, 4 étant fournis avec la manette : 2 creux et 2 bombés, chacun avec un motif ou relief différent.
    Pour les changer, il suffit de tirer dessus pour les déclipser puis d’en mettre un autre, un petit détrompeur permettant de les positionner parfaitement. Leur matière souple, proche de la matière des joysticks d’origine, offre une très bonne adhérence, rien à reprocher de ce côté.
    L’amplitude des joysticks peut également être modifiée via une bague plus ou moins épaisse qu’on viendra glisser autour de son axe lorsque sa tête est enlevée. 3 tailles de bagues sont disponibles, permettant une amplitude de 30°, 38° ou 46°. Couplé à la gestion des joysticks, cette amplitude modifiable permettra de changer le comportement en jeu selon vos préférences.

  • Le touchpad qui est assez proche de celui d’origine avec un toucher lisse et agréable et qui garde le petit détail que je trouve toujours aussi sympa : il est entièrement recouvert de minuscules pictogrammes à l’effigie des touches Playstation Croix, Rond, Triangle et Carré.
  • Des leds sont également présentes pour afficher différentes informations : 4 leds en forme de « tirets » sous le touchpad pour indiquer le preset choisi ou la charge de la manette, un tiret plus large sous le bouton PS pour indiquer l’état de la manette (allumée/éteinte) ainsi qu’un cercle autour du joystick droit confirmant dans lequel des 3 mode est la manette via 3 couleurs différentes : rouge, bleu et violet.

Passons à la partie haute avec les gâchettes.

Comme précédemment, elles offrent une sensation bien différente de celles de la manette officielle. En posant les doigts dessus déjà, on note leur inclinaison : si les gâchettes de la Dual Shock 4 sont quasiment horizontales alors que celles de la Nacon Revolution Unlimited sont inclinées vers l’extérieur. Cette inclinaison épouse parfaitement la forme naturelle que prend les doigts, très confortable. La matière est une sorte de plastique dur mat avec un toucher très légèrement « granuleux », rendant l’adhérence excellente.

Pour ce qui est de leur déclenchement, L1 et R1 sont très basses avec une course quasi nulle avec un clic très sec. La pression peut s’effectuer sur toute leur surface et leur préhension est bien meilleure que sur la première version de la manette.

Les gâchettes L2 et R2 sont placées dans le prolongement de L1 et R1 avec un léger « décroché » vers le bas. Celles-ci ont cette fois une course très longue, gâchette analogique oblige, avec une sensation là encore différente de celle de la manette officielle : les gâchettes ne s’enfoncent pas de manière classique, mais « pivotent » vers l’arrière de la manette, donnant l’impression que le doigt pivote vers l’intérieur pour parcourir toute la course.

D’une manière générale donc, les gâchettes de cette nouvelle version ont subi une évolution dans le bon sens et leur utilisation est vraiment agréable. Seule la course de L2 et R2 vraiment très longue est dure à justifier, surtout que peu de jeux utilisent vraiment le fait que ces touches soient analogiques. D’autant que la manette étant orientée FPS/jeux d’action avant tout, des « triggers-stop » auraient vraiment été les bienvenus.

Terminons par la face arrière.

Au centre en haut, on retrouve le logo et le nom de la marque en gris sur noir, très discret, accompagné d’un « #Revealyourskills » (« Révèle tes compétences » pour les anglophobes) laissant penser au joueur que la Nacon Revolution Unlimited lui permettra d’exprimer pleinement son talent avec ^^

La face arrière de l’extrémité des 2 poignées de la manette sont en fait des capots coulissants qui permettent de dévoiler les 2 emplacements où il sera possible de venir ajouter les poids pour lester la manette. Ainsi, il sera possible d’ajouter 2x10g, 2x14g ou 2x16g aux 265g de la manette. Ce critère est purement subjectif : certains aiment avoir une manette lourde, pour moi c’est totalement inutile. Franchement, avoir une manette pouvant aller de 265g à 297g ça ne change absolument rien. En effet, à part fatiguer un peu plus (bien qu’on ne parle que de quelques grammes) et surtout augmenter les risques de dégâts en cas de chute, je n’y vois aucun avantage. Quoi qu’il en soit, le système est simple et les poids peuvent être ajoutés/enlevés facilement, et aucun jeu n’est à déplorer : les ajustements sont parfaits, rien à redire encore une fois.

On retrouve bien entendu la prise jack permettant de brancher son micro-casque pour pouvoir jouer avec l’audio du jeu : disposant d’une sortie stéréo standard comme la Dual Shock 4, j’avoue ne pas avoir approfondi le test mais de ce que j’ai pu constater le rendu est assez similaire, pas de problème donc à ce niveau.

Passons aux boutons que l’on retrouve à l’arrière :

  • Tout d’abord les boutons audio : ils ont le mérite d’exister, car absent sur la manette officielle. Situés juste au-dessus de la prise jack, ils permettront d’augmenter/baisser le volume sonore et d’activer/désactiver le micro. C’est très bien vu de la part de Nacon de proposer cette option car pour les joueurs utilisant un casque dépourvu de ces boutons branché directement sur la manette, cela évite d’avoir à aller dans les menus de la console pour faire ces réglages.
  • Les 4 boutons de raccourcis !
    Ils permettent d’y associer n’importe quelle touche de la manette afin de les avoir facilement accessibles sous les doigts sans avoir à lâcher les joysticks.
  • Le levier sélecteur de mode de la manette : mode « PS4 » pour une configuration non personnalisable se limitant à la programmation des touches raccourcis, mode « PS4 Advanced » pour une personnalisation complète des boutons et joysticks sur PS4 et mode « PC Advanced » pour la même chose sur PC. Seuls les 2 derniers rendront donc la manette configurable via le logiciel.
  • Le sélecteur « filaire / sans-fil » permettant d’utiliser la manette soit avec le long câble USB fourni soit avec le dongle bluetooth fourni.
  • Le bouton de choix de profil, permettant de basculer entre 4 profils pré-enregistrés disponibles pour les 2 modes « Advanced ».

Une manette « bien chargée » donc, se différenciant clairement de la Dual Shock 4 aussi bien en termes de design que de fonctionnalités et d’ergonomie. Nous verrons le ressenti en jeu plus loin.

Le « Revolution Software »

Le Revolution Software, le bien nommé, sera donc le logiciel permettant de gérer la programmation de votre manette Nacon Revolution Unlimited.

Passons rapidement sur le mode « PS4 » qui ne nécessite pas l’usage du logiciel : il se cantonne à la programmation des touches raccourcis et est optimisé pour l’usage des joysticks avec une amplitude à 46°.

Les 2 principaux modes qui nécessiteront l’usage du logiciel sont donc le « PS4 Advanced » et le « PC Advanced ». Pour pouvoir configurer la manette, il faudra être en filaire et en mode PC sur la manette.

Petite astuce pour régler votre manette sur PS4 : la solution la plus « souple » que j’ai trouvée est d’avoir le dongle branché sur la PS4 et la manette reliée au PC via le câble. Ainsi, en basculant uniquement le bouton filaire/sans-fil, cela permet de faire les réglages voulus sur PC et de les tester sur la console 4-5 secondes après. Cela vous évitera de devoir redétecter à chaque fois la manette sur la console et sur le logiciel PC si vous vous amusez à brancher et débrancher le câble USB.

Bien qu’on retrouve les mêmes catégories qu’avant, le Revolution Software a évolué un peu en termes d’interface. Plutôt austère malgré un design moderne/futuriste, cette interface n’en reste pas moins très lisible et aérée, le principal défaut étant que rien n’y est expliqué.
Etant habitué à ce genre de logiciels, je savais ce que je voulais faire donc je m’y suis retrouvé, mais les néophytes galéreront surement un peu avant de tout maîtriser, aucune aide en ligne ou depuis le logiciel n’étant disponible.
Détaillons rapidement les réglages disponibles depuis chaque écran de l’interface.

    • L’interface d’accueil permet d’accéder à la configuration des 4 profils personnalisés pour chacun des 2 modes de jeu.

Chaque profil regroupera donc l’ensemble des réglages que vous avez faits pour la manette.
Ces profils peuvent d’ailleurs être renommés pour vous y retrouver si par exemple vous les utilisez pour un jeu en particulier.
En bas de cet accueil et de chaque page de l’interface, on retrouve un bouton « Tester vos réglages » et une icône avec une flèche en direction de la manette.
J’ai trouvé le « test des réglages » parfaitement inutile permettant uniquement de visualiser sur le logiciel sur quelle touche on appuie …
Par contre la 2ème icône expliquée nulle part est indispensable : elle permet de synchroniser vos réglages vers la manette. En effet, vous aurez beau enregistrer tous vos réglages dans les écrans suivants, ces enregistrements restent sur le logiciel : seul le clic sur cette icône permettra de les synchroniser avec la manette.

  • Les réglages généraux permettent de régler indépendamment l’intensité des moteurs de vibration gauche et droit de la manette, ainsi que de choisir la couleur et les modes de rétroéclairage du cercle lumineux autour du joystick droit.
  • Pour chacun des 2 joysticks il est possible de régler la zone morte, la sensibilité ainsi que la courbe de réponse. Un point que j’ai trouvé dommage est le fait qu’on ne puisse limiter la sensibilité lorsque le joystick est poussé à fond : on aura toujours la vitesse du joystick à 100% alors qu’il aurait été intéressant de la limiter à la valeur choisie.
    Mais le fait de pouvoir régler les 2 joysticks est un vrai pas en avant par rapport à la première version de la manette. Amélioration que j’ai fortement apprécié étant donné que j’utilise le joystick gauche pour la visée dans les FPS.
  • Un menu mapping permet de réaffecter l’intégralité des touches, et pas seulement les touches raccourcis, ainsi que de choisir si la croix directionnelle fonctionne en mode 4 ou 8 directions.
  • Les seuils de fonctionnement des gâchettes L2 et R2 peuvent aussi être configurés en choisissant les « points de déclenchement » haut et bas.
    Je n’ai en tête aucun exemple de jeu utilisant l’analogique des gâchettes, et je ne vois pas à quoi peut bien servir de limiter « logiciellement » leur course alors que de toutes façons elles garderont « physiquement » la même amplitude. Si la manette avait disposé de triggers stop, là ça aurait pu être très intéressant.
  • Une vue résume l’ensemble des réglages choisis pour le profil en cours d’édition.
  • Un dernier menu permet enfin de mettre à jour le logiciel, ainsi que le firmware de la manette et du dongle.

En résumé, la personnalisation de la manette est on ne peut plus complète et il est dur d’imaginer ce que le logiciel pourrait offrir de plus. La manette possédant la licence officielle, cela exclut toute programmation de macros ou de modes style quick fire et autres, qui seraient assimilés à du cheat.
Donc carton plein pour ce Revolution Software qui gère enfin le joystick gauche absent pour la première manette.

Ressenti en jeu

Maintenant qu’on a balayé toutes les caractéristiques et fonctionnalités de la Nacon Revolution Unlimited et de son logiciel vient se poser LA seule question importante au final : cette manette va-elle me permettre d’améliorer mes skills dans les jeux ???

Je commencerai par le même petit laïus que pour les versions précédentes : la Nacon Revolution Unlimited a beau être une manette PS4, elle reprend la disposition asymétrique des joysticks propre aux manettes Xbox.
Une fois de plus, je ne lance pas un débat qui n’a pas lieu d’être : chacun a le droit d’avoir sa préférence. Le fait est que beaucoup de joueurs d’une console sont habitués à la sensation de la manette officielle, et pour Sony, la Dual Shock est une réussite conservée et améliorée depuis déjà 4 générations de consoles.
Donc pourquoi prendre les joueurs à contre-pied en leur proposant une manette avec une forme qu’ils ne maîtrisent sûrement pas autant ?
Je ne le sais pas. Je n’ai jamais réussi à trouver un sondage ou équivalent mais ça serait intéressant : il faudrait uniquement interroger de « vrais » joueurs possédant les 2 consoles, sachant jouer avec les 2 manettes et connaitre leur vraie préférence.
Nacon poursuit donc sur ce choix qui doit au final bien lui réussir vu que c’est la 3ème manette à paraître ainsi disposée : elle doit trouver son public, même si la transition est pour ma part à chaque fois source d’une sacrée chute de dextérité dans les jeux, le temps de se réhabituer. Reste que bon nombre de joueurs 100% PS4 grinceront des dents devant ce choix.

Mais pas de sectarisme, j’ai donc abordé ce test avec une vraie envie de m’habituer à cette manette pour la juger le plus justement possible.

En prenant la manette en main la première fois, même si celle-ci est sensiblement plus grosse que la Dual Shock 4, force est de reconnaître qu’elle est vraiment très confortable. Et malgré des premières heures de jeux pénibles car l’asymétrie des sticks me faisait perdre un peu mes repères, j’ai quand même fini par m’habituer et finalement retrouver une efficacité équivalente dans les jeux. Donc OUI, il est bien possible de passer outre ses habitudes, et même si je garde une préférence pour les manettes symétriques, on arrive aussi bien au final à jouer avec cette disposition-là.

Tous les boutons classiques de la manette sont bien accessibles et confortables à l’usage.
Pour les boutons propres à la manette, je suis plus partagé.

Les boutons permettant de gérer la partie audio sont vraiment pratiques, et j’espère vraiment que ça deviendra standard à terme sur la manette PS5 peut-être, qui sait.

Les boutons et sélecteurs permettant de changer le mode de connexion de la manette et les profils sont également bien placés et ne gênent pas, en sachant que de toutes façons vous n’aurez pas à y toucher en jeu.

Viennent enfin les touches raccourcis qui lors de mon test de la première Nacon Revolution ne m’avaient pas convaincu : 2 des 4 boutons étaient difficiles à activer, et ils n’étaient pas très confortables à l’usage.
La Nacon Revolution Unlimited corrige en partie les défauts de son aînée : les 4 boutons sont maintenant situés sur la face intérieure des poignées, et il est vrai qu’on arrive facilement à venir positionner ses majeurs dessus et activer les 4 boutons. Le clic est assez « sec » et un peu trop résistant à mon goût, mais on s’y fait vite. De ce côté-là, ces boutons font le job.
Cependant, pourquoi se limiter à de si petits boutons ? Pour les actionner, il faut avoir le bout du doigt bien placé dessus, et lorsqu’on joue, la main a tendance à bouger et vous n’aurez pas toujours les doigts exactement au bon endroit quand vous aurez besoin du bouton associé : ils auraient mérité d’être plus grands et/ou accessibles, ou alors Nacon aurait dû trouver un autre système que les boutons, les concurrents utilisant de longues palettes cliquables sur toute la longueur depuis des années.
Une impression mitigée donc sur ces boutons raccourcis qui ont bien le mérite d’exister et de bien fonctionner, mais au détriment d’une ergonomie méritant encore des améliorations. Vivement une prochaine version de la manette pour voir ce que Nacon nous réserve les concernant.

Les joysticks enfin avec leur système de bagues qui limitent l’amplitude ne m’ont pas convaincu.
Je n’ai pas trouvé d’exemple de jeu où il serait intéressant de limiter la course d’un joystick avec une bague plus grosse. Le seul qui m’est venu en tête est pour les jeux type plateforme ou on ne gère pas la vitesse de déplacement d’un personnage : si cette partie est gérée de manière « binaire » (avancer / pas avancer), ça peut éventuellement être intéressant de mettre la bague la plus grosse pour une petite amplitude et de passer à 100% la sensibilité du joystick dès les premiers millimètres pour se rapprocher d’un D-pad mais avec le confort d’un joystick.
Dans la plupart (totalité ?) des jeux actuels auxquels je joue, FPS, TPS et équivalents, l’analogique est pleinement exploité et mon souci est plutôt de chercher une amplitude et une course maximale là où Nacon nous propose ici de les limiter. Donc pour ma part, j’ai toujours joué avec la plus petite bague permettant la plus grande amplitude que je trouve déjà insuffisante sur la Dual Shock 4.
Qu’à cela ne tienne : Nacon ayant eu la bonne idée d’augmenter le diamètre de son joystick gauche pour adopter le même que son joystick droit, correspondant aussi à celui de la manette Sony, j’ai pu ajouter des têtes de joysticks KontrolFreek au-dessus de ceux de Nacon, et là, PARFAIT : amplitude et précision augmentée comme j’aime ! Pour une prochaine version de la manette, j’espère que Nacon ira plus loin que proposer des formes de têtes de sticks différentes, ce qui est déjà bien, mais qu’ils proposeront aussi des longueurs différentes.

Au final, en prenant tout ça en compte, je dois bien avouer que cette Nacon Revolution Unlimited s’avère aussi agréable à jouer que la Dual Shock 4 avec ses options propres en plus, seules les petites touches raccourcis ne rivalisent pas avec les manettes custom des marques spécialisées.

Point important également : je n’ai constaté aucune latence en utilisation sans-fil, vraie évolution de cette manette également.
Donc par rapport à la manette Sony et les versions précédentes proposées par la marque, il faut bien avouer que cette Nacon apporte vraiment beaucoup.

Conclusion sur la Nacon Revolution Pro Controller

Le bilan de la manette est clairement positif. Reprenant les principes utilisés par la Nacon Revolution 1ère du nom, cette nouvelle version a su conserver ses points forts et améliorer ses faiblesses. Ainsi, on retrouve des joysticks modifiables selon ses préférences d’amplitude de mouvement et de forme, et le logiciel permet de les configurer entièrement tous les deux.
La forme asymétrique est une question d’habitude au final et ne doit pas être un frein à l’achat pour peu que vous ayez envie de vous y faire.
Seuls les boutons raccourcis trop petits pour être confortablement utilisés dans toutes les conditions et l’absence de triggers-stop sont au final une source de déception.
En dehors de ça, pour 159,99 €, le joueur trouvera en elle une alternative premium à la manette officielle, disposant d’une housse de transport et d’accessoires complets, et qui offrira toutes les options possibles qu’offre actuellement une manette custom haut de gamme. Une valeur sûre et un presque sans-faute qu’on espère trouver avec sa prochaine version.

Les plus :

  • Confort d’utilisation excellent
  • 4 touches raccourcis à l’arrière …
  • Paramétrage complet des boutons et joysticks
  • Logiciel simple et efficace

Les moins :

  • Manette asymétrique : apprentissage nécessaire
  • … mais trop petits
  • Triggers-stop manquant vraiment aux gâchettes L2 et R2

Ou l’acheter ?


Liens utiles

Galerie