Voilà plusieurs années que Turtle Beach semblait avoir abandonné l’idée de proposer aux joueurs un boitier de gestion audio. Nous avions testé en 2014 le EarForce DSS2, boitier audio avec quelques défauts déjà vieillissant alors, et depuis plus rien.

Turtle Beach semble s’être ravisé l’année passée en se rendant compte que ce genre de produit avait un vrai public et nous a ainsi proposé son Tactical Audio Controller, que nous appellerons TAC au long du test. Son but est de satisfaire les joueurs recherchant un boitier sur lequel brancher leur casque et capable de gérer toute leur partie audio à la façon d’une « table de mixage ». Ce TAC fait partie de la gamme Elite Pro contenant également un casque et d’autres accessoires sortis quasiment en simultané.

Le test d’aujourd’hui se concentrera donc sur le test du Elite Pro TAC seul. Un test séparé portera son utilisation avec les autres accessoires de la gamme Elite Pro.

Présentation du Turtle Beach Elite Pro TAC

Pour nos lecteurs qui ne connaîtraient pas exactement le fonctionnement de ce genre d’accessoires, je vais faire une piqûre de rappel, en m’abstenant de citer le boitier de référence connu de beaucoup de joueurs et qui sert bien souvent de référence en la matière ^^

Turtle Beach Elite Pro TAC

Le Turtle Beach Elite Pro TAC est donc un boitier audio multifonctions jouant un peu le rôle d’une carte son externe. Il remplit donc simultanément les fonctions suivantes :

  • Convertisseur audio (DAC) + amplificateur : il récupère le son d’une sortie optique, console, PC ou autre (Home Cinéma par exemple), et le transforme en signal analogique pour être écouté sur n’importe quel casque audio branché en jack 3,5 mm dessus.
  • Emulateur Dolby Surround DTS Headphone 7.1 transformant ainsi n’importe quel casque stéréo branché dessus en casque Surround, recréant une vraie perception de la spatialisation du son à 360° autour de vous.
  • Arrangeur de sons proposant plusieurs pré-réglages permettant d’avoir des rendus audio variés selon les contenus que vous écoutez ou auxquels vous jouez : 4 modes audio, chacun possédant 4 préréglages, rien de moins.
  • Mixage d’une source auxiliaire, permettant au choix d’écouter simultanément une nouvelle source audio dans votre casque, ou bien avoir une conversation téléphonique si c’est votre téléphone qui est branché sur cette entrée auxiliaire.
  • Réseau local de chat : permet lors de LAN d’interconnecter plusieurs Turtle Beach Elite Pro TAC entre eux pour une communication sans latence entre les membres d’une team esport par exemple.
  • Sortie Stream : permet de sortir la totalité du flux audio transitant par le TAC pour streamer par exemple, enregistrer le son d’une vidéo, etc …

Je reviens sur la partie émulation du Surround DTS Headphone 7.1 afin de souligner le fait que ce son Surround sera émulé : cela veut dire que l’Elite Pro TAC va donc simuler le son des 7 + 1 canaux audios tels qu’ils sortiraient sur un Home Cinéma pour les recréer via un traitement audio du signal dans votre casque, comme si vous aviez vraiment 8 haut-parleurs autour de vous. Sur le papier, ça parait compliqué mais en pratique, ce procédé qui a fait ses preuves fonctionne terriblement bien, et Turtle Beach nous l’a déjà prouvé par le passé.

Vous l’aurez compris, cette famille de boîtiers audio auxquels le Turtle Beach Elite Pro TAC appartient vous permettra de gérer complètement la partie audio dans vos jeux, et même plus, tel un ingénieur du son en herbe.

Déballage et connexion

Je parlais en introduction du EarForce DSS2 que j’avais testé il y a quelques années qui était relativement sobre et sommaire. Si la sobriété est toujours de mise, il faut avouer que Turtle Beach semble avoir augmenté son « standing » et propose maintenant pour son Elite Pro TAC un packaging plus prestigieux.

L’extérieur du packaging est en fait un « fourreau » de carton, à l’image d’une jaquette de livre, reprenant sur fond noir un visuel du produit et de ses caractéristiques.

A l’intérieur, on retrouve un carton s’ouvrant en 2 comme un présentoir et nous dévoilant le Turtle Beach Elite Pro TAC bien calé dans une mousse grise. En dessous de lui, un second carton contient tous les câbles nécessaires : 1 câble optique Toslink, 1 câble mini-USB (oui oui, ils ont osé déstocker ce format en voie de disparition !) pour alimenter le boitier, 1 câble micro-USB cette fois pour relier le boitier à un PC et gérer ses mises à jour et pour finir 1 câble jack 3,5 mm 4 pôles aux deux extrémités pour utiliser une source auxiliaire ou gérer la sortie Stream. Une notice rapide est également fournie, vous indiquant comment brancher votre appareil sur les différentes consoles ou PC, ainsi que le fonctionnement des presets.

Pour ceux qui chercheront à en savoir plus sur le boitier, la notice n’est pas évidente à trouver et se trouve en fait commune avec tous les appareils de la gamme Elite Pro :  vous la trouverez ici.

Détaillons le boitier.

Entièrement fait de plastiques noirs mats, son apparence donne vraiment une impression de qualité de fabrication avec des matériaux bien choisis. Ce plastique ne retient pas les traces de doigts, même si son toucher légèrement rugueux a par contre un peu tendance à garder les petites poussières.

Des petites touches colorées et des rétro-éclairages blancs et orange, couleurs emblématiques de Turtle Beach, viennent çà et là apporter un peu de couleur à l’ensemble, mais le boitier n’en reste pas moins noir sur la quasi-intégralité de sa surface. Quatre larges tampons en caoutchouc orange sur le dessous viennent caler le boitier sur votre bureau ou table.

Les différents boutons ont des clics courts et nets, quant aux curseurs au centre, leur manipulation est facile à doser, très précise, une petite membrane double à leur base empêchant aux poussières de s’introduire à l’intérieur de leur mécanisme. Les différentes connectiques sont disposées de manière « intelligente », comprenez par là que toutes celles permettant de brancher le boitier à vos appareils sources (console, PC, source aux) sont à l’arrière, et celles pour votre casque, micro, manette sont à l’avant : pas de fils qui s’entrecroisent et s’emmêlent, c’est bien pensé. Le boitier orienté face à vous, vous « offrira » donc les ports utiles à son usage sans avoir à aller chercher à l’arrière.

Turtle Beach Elite Pro TAC

A l’avant, on retrouve donc 3 prises jack 3,5 mm: la première permet de brancher un casque seul ou un micro+casque à l’aide d’une fiche jack unique à 4 pôles, la deuxième permet de brancher un microphone (permettant donc d’utiliser au choix des casques+ micro disposant de 2 fiches jack séparées) et la troisième est réservée au branchement d’une manette Xbox One pour la prise en charge du chat.

Turtle Beach Elite Pro TAC

A l’arrière, c’est plus dense. On retrouve dans le désordre 1 entrée optique Toslink qui permettra de récupérer le son de la source et également 1 sortie Toslink permettant de brancher en cascade d’autres appareils (passthru pour TV, Home Cinema, …), 1 port mini-USB pour l’alimentation (alors que tous les appareils sont maintenant en micro-USB …), 1 port micro-USB « Program only » exclusivement réservé au branchement à un PC via le logiciel Ear Force Audio Hub, 1 curseur 4 positions à faire coulisser en fonction de la source sur laquelle on branche le Turtle Beach Elite Pro TAC (PS3/PS4, Xbox One, Xbox 360 ou PC), 1 entrée auxiliaire en jack 3,5 mm, 1 sortie « Stream » au même format, et enfin 1 entrée et 1 sortie « Local Chat » en RJ45, utilisées pour la création d’un chat local.

Turtle Beach Elite Pro TAC

La face supérieure elle présente un nombre de réglages plus important que ce qu’on trouve chez la concurrence, et nous verrons que le boitier est clairement orienté pour le jeu en ligne et la gestion poussée du chat.

Pas de bouton ON/OFF sur le boitier, mais on retrouvera dans le désordre :

  • Une grande molette centrale qui permettra de gérer le volume général en sortie (son du jeu + chat + source auxiliaire si connectée). Le bouton est « cliquable » est permettra de couper totalement les sons (mute). Sur sa moitié supérieure, on retrouve un ruban de LED qui s’illumine au fur et à mesure que le volume augmente, permettant de voir facilement où vous en êtes du réglage du volume.
  • Un petit bouton circulaire en bas à gauche qui permettra lui d’activer/désactiver le micro. Il est cerclé d’une LED pouvant prendre 3 couleurs : rouge lorsque le micro est désactivé, blanc quand le micro est activé mais ne détecte aucun son et bleu lorsque qu’un son/voix est capté(e). Son rôle est important car la détection d’une voix en entrée grâce au changement de couleur permettra de régler finement le seuil du « Background Noise Limiter » afin que le micro ne laisse passer que votre voix sans les bruits de fond.
  • En haut à droite, le bouton Surround Mode qui vous permettra de basculer entre 4 modes audio.
  • En haut à gauche, le bouton des presets qui permet de basculer entre les 4 disponibles pour chacun des modes.
  • Enfin, les 4 curseurs qui vont permettre d’affiner vos réglages audio de votre microphone que je détaillerai longuement dans la partie dédiée.

Vous l’aurez compris, avec ses 4 curseurs dédiés, le Turtle Beach Elite Pro TAC fait la part belle aux options de gestion du microphone. C’est très ironique quand on sait que leur dernier boitier audio « équivalent », le DSS2, ne prenait tout simplement pas du tout en charge le chat dans les jeux 😊

Turtle Beach a donc révisé sa copie en proposant un produit complet et aux paramétrages variés pour satisfaire tous types de joueurs.

Rendu audio: les résultats en jeu

Le Turtle Beach Elite Pro TAC présentant l’avantage de disposer d’un passthru optique comme nous l’avons vu avant. J’ai donc pu faire un test en profondeur en le confrontant à un boitier audio concurrent (dont je tairai toujours le nom ^^) afin de bien mesurer l’impact de chaque réglage. Également, j’ai pu alterner les casques et micros, permettant un peu de voir comment il réagissait selon les périphériques branchés dessus.

Dans le désordre, j’ai donc pu l’éprouver avec mon Philips Fidelio X2 fétiche, mon Sennheiser Game Zero, le Sony MDR 1000X « histoire de rire » et une paire d’intras sur lesquels je ne m’étendrai pas. Côté microphone, le microphone intégré du Game Zero, le V-Moda Boompro et l’Antlion Modmic 4. On peut donc dire que j’ai pu faire différentes combinaisons intéressantes afin de voir un peu ce qu’avait le Turtle Beach Elite Pro TAC dans les tripes.

Turtle Beach Elite Pro TAC

Le constat global est positif dans l’ensemble, parfois moins satisfaisant que ses concurrents sur certains points, parfois meilleur sur d’autres.

Nous commencerons dans un premier temps avec la partie restitution audio, avec ce qu’il est possible de faire de ce Turtle Beach Elite Pro TAC avec un casque. Je dissocierai intentionnellement la partie rendu audio « pur » de la spatialisation, qui pour moi n’offrent pas la même qualité.
Pour moi, le sujet qui fâche est…

Le rendu audio

Le Turtle Beach Elite Pro TAC permet de basculer entre 4 modes audio contenant chacun 4 presets :

  1. Mode « Game », avec les presets « Signature Sound », « Shooter », « Superhuman Hearing » et « Footstep Focus »
  2. Mode « Movie » avec les presets « Signature Sound », « Action », « Horror» et « Drama »
  3. Mode « Music » avec les presets « Signature Sound », « Stadium », « Accoustic» et « Dance »
  4. Mode « Surround Off» avec les presets  « Natural Sound », « Bass Booster », « Bass & treble Booster» et « Vocal Booster »

Je ne vais pas rentrer dans le détail de mes impressions personnelles pour chacune de ces 16 combinaisons possibles, mais dans la grande majorité d’entre elles, j’ai trouvé le rendu vraiment « trop travaillé ». Nous savons que le son original du jeu qui est diffusé subit de nombreux traitements du signal afin de nous restituer du Surround, mettre en valeur tel ou tel type de son etc … Sauf que le résultat global ne fait vraiment pas naturel, avec un rendu dérangeant je trouve : l’oreille sent que quelque chose cloche, comme un déséquilibre, et ça surprend vraiment.

Les presets « Signature/Natural Sound » dans chaque mode sont censés être les plus fidèles au son d’origine, mais dans les faits on en est très loin.

Les 4 presets du mode « Game » sont les plus modifiés et donc ceux au rendu le moins naturel : s’ils remplissent correctement leur rôle, à savoir augmenter les sons secondaires (bruits du décor, de rechargement, …), mettre en avant les explosions ou encore les bruits de pas, la scène sonore parait un peu faussée, et j’ai trouvé désagréable de jouer avec ces réglages. Il y a un vrai déséquilibre général dans le rendu des différents presets, et on a toujours l’impression qu’une partie du spectre audio tente d’être diminuée au maximum, souvent les médiums, pour que d’autres soient mises en avant.

J’ai au final trouvé les réglages du mode « Music » plus naturels, même si ce n’était pas encore vraiment à mon goût : aucun casque n’y fait, c’est bel et bien le son que sort le Turtle Beach Elite Pro TAC qui ne pourra être changé au-delà des presets.

Turtle Beach Elite Pro TAC

Comme abordé précédemment, il est à noter que le boitier peut être branché à un PC via son port micro-USB et configuré via le logiciel Ear Force Audio Hub. Plein d’espoir, j’ai donc relié l’Elite Pro TAC à mon PC sur lequel je venais d’installer le logiciel, content de bientôt pouvoir modifier ce rendu qui ne me plaisait pas vraiment.

Et bien perdu !

L’utilisation de ce Audio Hub est pour moi totalement anecdotique, et frôle même l’arnaque pour être honnête : si on peut comprendre son utilité pour les éventuelles futures mises à jour du boitier, la gestion des presets est des moins… anorexique. En fait il n’est pas question ici de pouvoir les personnaliser, jouer avec l’égaliseur, les effets, etc…, non !

En fait, vous pourrez juste « charger » les presets déjà existants dans les emplacements existants. Donc avec les 4 modes x 4 presets = 16 emplacements avec lesquels vous pouvez faire les chaises musicales pour changer l’ordre d’attribution des différents presets. En 1 mot : inutile ! Comme si Turtle Beach était parti pour faire quelque chose de bien et c’était arrêté juste après avoir commencé.

Grosse déception générale sur le rendu audio donc, qui ne fait pas honneur à la marque qui pour moi a voulu trop en faire avec une surenchère de traitements du signal et en a oublié la fidélité audio qui compte aussi.

Parlons maintenant de…

La spatialisation

On pourrait décrire celle-ci pour les néophytes comme l’aptitude à restituer avec précision l’emplacement des sons autour du joueur en Surround à l’aide d’un traitement du signal. Il faut bien avouer que sur ce point, Turtle Beach s’en sort très bien.

Testé sur quelques FPS, le « placement » des sons est parfait et il est possible d’identifier avec une grande précision leur origine les yeux fermés (littéralement). Chose que je n’avais pas ressentie avec les boîtiers de la concurrence, je pense même avoir réussi à identifier de vraies différences audio sur l’axe vertical : non seulement on identifie les sons à 360° autour de soi, mais on peut aussi savoir si un son dans le jeu vient plutôt du sol ou du ciel. Vraiment bluffant. Je serais curieux d’avoir le retour d’autres joueurs pour savoir si j’ai « rêvé » ou si le ressenti est le même.

Turtle Beach réussit donc haut la main sur cette partie, et il sera dur de reprocher quoi que ce soit tant la qualité de la spatialisation est bonne. Et c’est d’autant plus dommage de voir une telle efficacité pour ce critère desservie par un rendu audio aussi moyen …

Au final sur cette partie audio, mon avis reste donc mitigé. Le boitier saura sortir un son qui sera 100% optimisé pour la performance en jeu : le joueur mettre facilement en valeur les types de sons qu’il veut et ainsi améliorer son jeu je pense. Le Turtle Beach Elite Pro TAC fait le choix de l’efficacité, mais ce choix se faisant au détriment de la fidélité du rendu et de la qualité audio globale, les amateurs de « bon son » resteront malgré tout sur leur faim je pense. Je dirais donc que ce boitier sera réservé à un public averti de pro-gamers qui n’auront pour seul objectif les résultats in-game, ou de streamers voulant mixer facilement leurs sons et leurs voix,  et qui ne seront pas trop regardant sur le reste.

Restitution du microphone

La partie microphone du Turtle Beach Elite Pro TAC mérite un paragraphe à lui seul. En effet, comme vu plus haut, le boitier offre un nombre de réglages bien plus détaillé sur ce canal que ce que les joueurs trouvaient jusqu’alors sur ce genre d’accessoires.

Turtle Beach Elite Pro TAC

Ça sera à « double tranchant » pour les joueurs voulant juste un boitier sur lequel se brancher et jouer sans réfléchir : pour être correctement entendu de leurs coéquipiers, il faudra un peu affiner les réglages à chaque fois que vous brancherez un nouveau casque sur le Turtle Beach Elite Pro TAC. Mais passées ces quelques secondes de configuration, les possibilités sont nombreuses, et le joueur pourra faire ce qu’il veut de sa voix.

Sur ce point, le Turtle Beach Elite Pro TAC remporte avec brio son objectif : il n’est pas donné à tous les boîtiers d’avoir rien de moins que 4 curseurs spécifiquement dédiés à la partie chat et la gestion de son microphone !

De gauche à droite nous avons donc :

  1. La balance son du jeu / chat : ce réglage désormais classique vous permettra d’équilibrer le volume général de votre jeu et celui du chat un peu comme des « vases communicants ». Ainsi, si vous n’entendez pas vos coéquipiers, noyés sous les bruits d’explosion ou autre, vous pourrez en baissant ce curseur diminuer le volume du jeu pour augmenter leur voix.
  2. Background Noise Limiter : ce curseur aura une importance cruciale pour le chat, car il permet de choisir le seuil à partir duquel votre voix sera détectée. Plus vous l’augmenterez, plus l’entrée microphone sera filtrée et plus il faudra un haut volume pour que la voix soit détectée et transmise. Inversement, plus vous le baisserez, moins le microphone filtrera les sons, laissant tout passer. En fonction de si vous jouez chez vous au calme ou dans une LAN dans un brouhaha total, ce curseur vous permettra d’épargner à vos coéquipiers les sons de votre environnement. En pratique ça marche très bien, et à peine le seuil dépassé, la voix sera détectée : pas de « temps de commutation » ou autre, c’est instantané. Couplé à un casque avec micro unidirectionnel, ce réglage permettra au joueur d’effacer efficacement les bruits ambiants et de n’activer le micro que quand il parle, épargnant à ses coéquipiers un brouhaha continu.
  3. Outbound Mic Boost : en complément du réglage précédent, ce curseur permettra de jouer sur l’amplification de votre voix via le micro. Ainsi, si malgré un bon réglage du Noise Limiter vos coéquipiers vous entendent faiblement, c’est sur cette amplification qu’il faudra jouer pour augmenter le volume de votre voix pour vos interlocuteurs.
  4. Mic Monitor Level : ce dernier curseur permet de régler l’intensité du « retour micro » dans votre casque. En gros, il vous permet d’entendre votre voix en plus des autres sons et voix du jeu et de vos coéquipiers. Avec le curseur au minimum, vous n’entendrez pas votre retour dans le casque, au maximum, vous l’entendrez autant que vos coéquipiers. J’avoue que ce réglage est plutôt gênant pour moi, et le fait d’entendre retranscrite et « ré-injectée » dans mon casque me gêne, mais beaucoup de joueurs apprécient l’option.

Le Turtle Beach Elite Pro TAC est donc le « must » des boîtiers pour ce qui touche à la gestion du microphone, et inutile de dire que les options qu’il offre seront très appréciées des pro-gamers pour la compétition et des streameurs qui pourront déjà faire une bonne partie du travail d’équilibrage audio à la source. Une fois bien réglé, la voix est parfaitement retransmise aux autres joueurs qui vous entendront comme si vous leurs chuchotiez dans l’oreille ^^

De plus, avec son entrée et sa sortie « Local Chat », le fait de pouvoir créer une « bulle de communication locale » avec son équipe, hors jeu et hors logiciel, sera un vrai plus pour peaufiner les réglages les uns avec les autres.

Pour les autres joueurs ne cherchant pas spécialement à utiliser le chat, ou jouant occasionnellement en ligne avec leur micro, il est évident que tant de réglages seront plutôt rebutants, car peu utiles.

Conclusion sur le Turtle Beach Elite Pro TAC

Difficile de trancher avec ce boitier tant j’ai estimé sa qualité inégale sur plusieurs points. Au final, je pense que la note dépendra entièrement du profil de la personne qui l’utilisera et surtout de l’utilisation qu’elle en aura.

Pour les pro-gamers à la recherche de résultats en jeu grâce à une exploitation efficace des différents sons, même à l’insu de la fidélité audio, et associée à une gestion poussée du microphone, le Turtle Beach Elite Pro TAC sera parfait pour vous : les réglages et options qu’il propose sont spécifiquement faites pour cet usage. Les streameurs y trouveront aussi très probablement leur compte.

Pour les joueurs « classiques », qui jouent chez eux en ligne (ou non) et peuvent chatter avec leurs potes, ces nombreux réglages feront un peu « too much », et je pense que profiter d’un bon son est important quand on est en dehors d’une compétition d’eSport sans hurlements de fans tout autour. Pour ces joueurs, je pense que d’autres marques proposent des produits offrant un meilleur rendu audio à un prix moindre.

Proposé à 180 €, le Turtle Beach Elite Pro TAC est clairement dans le haut du panier en terme de prix pour ce genre d’accessoire : il faudra bien réfléchir à son achat avant donc, et se demander si on correspond vraiment à la cible visée par Turtle Beach.

Les plus :

  • Spatialisation des sons exceptionnelle
  • Qualité de fabrication
  • Nombreux curseurs de réglages pour un accès instantané

Les moins :

  • Prix élevé
  • Non adapté à tous les joueurs : très orienté chat, et rendu audio déséquilibré
  • Logiciel presque inutile

Ou l’acheter ?

Liens utiles