Il y a quelques mois de cela, Roccat annonçait sa nouvelle gamme de claviers mécaniques « Vulcan ». Une gamme composée de 3 claviers utilisant les « Titan Switches », des switches mécaniques propres à la marque.

Dans ce test nous allons nous pencher sur le clavier entrée de gamme de cette nouvelle collection, le Roccat Vulcan 80, proposé à un peu moins de 130 €.

Roccat Vulcan 80, 100 AIMO et 120 AIMO, quelles sont les différences ?

Comme énoncé précédemment la gamme Vulcan se compose de 3 claviers. Tous construits sur la même base et avec les mêmes switches, seuls quelques options et détails esthétiques diffèrent.

Le Vulcan 80 (le modèle de « base ») possède un châssis en aluminium et une coque en plastique entièrement noire. Le rétro éclairage des touches est quant à lui uniquement bleu. C’est un modèle proposé à partir de 129€.

Le Vulcan 100 AIMO reprend la même base que le Vulcan 80. On retrouve néanmoins cette fois-ci, un châssis en aluminium brossé gris, un rétro éclairage RGB (d’où le nom « AIMO », une appellation propre à Roccat indiquant un périphérique à l’éclairage personnalisable), un câble USB tressé et enfin des touches de volume différentes ainsi qu’une molette pour régler différents paramètres (volume sonore, rétro éclairage, effet). Comptez 149€ pour ce modèle.

Enfin le Vulcan 120 AIMO est totalement identique au 100 AIMO avec seulement un repose-poignet en plus. Comptez une dizaine d’euros supplémentaires pour ce modèle soit 159€.

Caractéristiques techniques du Roccat Vulcan 80

  • Clavier mécanique
  • Switches Titan (course 36 mm, point d’activation 18 mm)
  • Rétro éclairage bleu
  • Polling rate : 1000 Hz
  • Mémoire interne 512 k
  • Câble 1,80 m
  • Dimensions : 462 x 160 x 32 mm
  • Poids 970 g

Déballage

Pour un clavier gamer venant de Roccat, je dois avouer que le packaging est plutôt sobre et je dirais même qu’il a un côté assez classe.
C’est assez différent des autres packagings Roccat que j’ai eu entre les mains. Le côté gamer est beaucoup moins prononcé, donnant la sensation d’un produit haut de gamme, sensation d’ailleurs renforcée par le carton de bonne facture. Personnellement j’aime beaucoup cette nouvelle identité visuelle.

A l’intérieur nous retrouvons seulement le clavier avec sa notice et des stickers Roccat. A ce prix il n’aurait pas été de trop de fournir une pince pour retirer les touches en cas de besoin, comme cela se fait sur de nombreux claviers mécaniques.

Design et qualité de fabrication

Contrairement au Vulcan 100 et 120, le Roccat Vulcan 80 est entièrement noir. Personnellement j’aime beaucoup et je trouve même dommage que les modèles supérieurs n’aient pas ce même coloris.

On retrouve ainsi une partie supérieure en aluminium et le reste du clavier dans un corps en plastique. On remarque que le design est particulièrement soigné avec différentes textures lisses et granuleuses et une forme pas tout à fait rectangulaire cassant la monotonie du clavier.

Évidemment nous ne pouvons pas passer à côté des touches à profil plat jouant en grande partie sur le charme du clavier et laissant apparaître les switches ainsi que leur puissant rétro éclairage bleu. Des touches d’ailleurs étonnamment douces et agréables au toucher, renforçant encore une fois la sensation de produit premium.

On notera également les voyants parfaitement intégrés sous le pavé numérique, à la fois discrets et parfaitement visibles sans être éblouissants. Personnellement j’adore. C’est sobre, c’est classe. J’aime aussi le fait que la marque ait eu le goût de rendre leur logo relativement discret.

Souvent délaissé par les fabricants, on se rend compte que Roccat a même soigné le dessous du clavier pourtant invisible aux yeux de l’utilisateur. On retrouve ainsi des formes anguleuses et des zones en plastique brillant renforçant le côté design du clavier.

Roccat n’a également pas lésiné sur les patins en proposant de larges bandes de caoutchouc parcourant tout le long du périphérique. Et évidemment nous retrouvons 2 larges pieds pour relever le clavier.

Au final, on constate que Roccat n’a délaissé aucune partie du clavier, les matériaux sont de qualité, la qualité de fabrication et d’assemblage toujours aussi exemplaire. Difficile d’être déçu dans ces conditions !

Seul petit bémol, Roccat a réservé le câble tressé uniquement pour les Vulcan 100 et 120. Je trouve ça dommage au vu tarif de ce clavier. Certes c’est le modèle « entrée de gamme » mais proposé tout de même à près de 130 € …

Frappe et ergonomie

La grande nouveauté des claviers Vulcan tient dans l’utilisation des nouveaux interrupteurs Roccat TITAN. Des interrupteurs développés en interne chez Roccat disposant d’un retour tactile, un point d’activation de 18 mm et d’une distance de course de 36 mm. Concrètement se sont l’équivalent de switches marron (Cherry MX Brown, ou TTC Brown) avec une course légèrement plus courte.

Si ce que je viens d’écrire ne vous parle pas, je vous invite à consulter notre guide sur le sujet pour mieux comprendre les nuances entre les interrupteurs mécaniques.

Cela fait maintenant plus d’un mois que j’utilise quotidiennement ce clavier, et même si j’ai été longtemps habitué au clavier HyperX Alloy Elite utilisant des switches Cherry MX Red (qui sont de type « linéaire »), je dois avouer avoir pris goût à ces interrupteurs TITAN.

Si l’on doit comparer, on est ici sur des touches plus fermes que les célèbres Cherry MX brown, ce qui n’est pas pour me déplaire. Le retour tactile est plus prononcé et les fautes de frappe limitées. Roccat ne communique d’ailleurs pas sur la force d’activation nécessaire, mais après avoir comparé on se rapproche vraiment de la dureté des Cherry Clear ou des anciens Roccat TTC Brown et leur force d’activation de 60 gr.

Enfin Roccat vante les mérites de la vitesse de ses interrupteurs en précisant l’argument suivant :

« Les interrupteurs bénéficient d’une structure réduisant les oscillations lors de la frappe et limitant considérablement le rebond de contact électrique. Grâce à ces innovations, le logiciel peut détecter la frappe 20 % plus rapidement et les touches ultras légères du Vulcan 50 % plus légères que les touches standards permettent une frappe rapide, précise et réactive. »

On ne va pas se le cacher, cela est uniquement un argument marketing pour séduire le gamer en quête de performance. A l’usage je n’ai ressenti absolument aucune différence avec un autre clavier mécanique (sachant qu’il est déjà très difficile de ressentir un quelconque manque de réactivité même avec un clavier basique).

En conclusion, je pense que les utilisateurs et fans de switches marron seront satisfaits de ce Roccat Vulcan 80. Reste à voir désormais comment vieilliront ces interrupteurs. Je le précise, car avec notre clavier Roccat Suora FX équipé des anciens switches TTC Brown, nous avons constaté au bout de moins d’un an d’utilisation des dysfonctionnements avec certains interrupteurs (et à priori nous ne sommes pas les seuls). Espérons que cela ne se reproduise pas avec ces TITAN !

En attendant, le seul reproche serait que le clavier ne soit pas équipé d’un repose-poignet (uniquement disponible avec le AIMO 120) et qu’un unique type d’interrupteur soit pour le moment disponible. Pour les fans de switches linéaires rouges ou à retour tactile bleu, ce clavier ne sera peut-être pas pour vous.

Fonctionnalités

Comme la plupart des claviers, nous retrouvons plusieurs fonctionnalités accessibles en pressant la touche « FN » :

  • F1 à F4 : Changer de profil
  • F5 à F8 : Accès à divers raccourcis (web, navigateur Windows, mail, calculatrice)
  • F9 à F12 : Raccourcis multimédias

On retrouvera également une fonction « Game Mode » permettant de bloquer la touche Windows et donner une seconde fonctionnalité à n’importe quelle touche du clavier.

Au-dessus du pavé numérique nous avons les raccourcis pour la gestion du son et du réglage de la puissance du rétro éclairage.

Enfin, au-dessus des flèches directionnelles, les 6 touches serviront également à enregistrer ses propres macros.

Comme toujours chez Roccat, la fonction de chacune des touches du clavier est modifiable via le logiciel.

Logiciel

Le Roccat Vulcan 80 est compatible avec le logiciel Roccat Swarm permettant de regrouper tous les périphériques Roccat. Nous retrouvons donc les fonctionnalités habituelles de la marque.

À partir de « Caractéristiques générales », seront disponibles divers réglages toujours aussi peu utiles à mon sens (comme ajouter un son à la pression des touches, ou changer la vitesse de clignotement du curseur…).

Plus intéressant, l’onglet « Attribution des touches » permettra de modifier la fonctionnalité de chacune des touches, créer ses propres raccourcis et macros. On notera que l’on peut ajouter jusqu’à 2 fonctions supplémentaires par touche. L’une accessible en activant le « Game mode » du clavier, l’autre en activant la fonction « Easy Shift ». Il suffira au préalable de définir une touche « Easy Shift » sur le clavier (par exemple « CTRL ») pour qu’une fois pressée une seconde fonction soit disponible. Concrètement par exemple la touche « E » active la lettre « E » par défaut, puis une fois le clavier basculé en Game Mode, cette même touche peut effectuer une macro et en pressant « CTRL » une seconde action peut être réalisée. Autant vous dire que les possibilités deviennent quasi illimitées.

Continuons par l’onglet « Eclairage de la touche » qui permettra naturellement de customiser le rétro éclairage du clavier selon plusieurs effets. Il sera aussi possible de créer son propre rétro éclairage.

Enfin, en bas de la fenêtre, nous retrouvons tous les éléments pour gérer jusqu’à 5 profils différents, dont 4 directement accessibles depuis le clavier. Évidemment chacun de ces profils pourra être lié à une application ou jeu pour qu’il se lance automatiquement.

Comme d’habitude il n’y a pas grand-chose à redire sur le logiciel, celui-ci étant très complet et relativement intuitif. J’aurais juste une toute petite remarque. Le Roccat Vulcan 80 à la particularité de réduire sa luminosité automatiquement au bout de quelques minutes d’inactivité (un peu comme un mode veille). C’est une excellente initiative, mais personnellement j’aurais aimé avoir la main sur cette option pour régler la période avant cette mise en vieille et le degré du rétro éclairage (voir pouvoir choisir de totalement le couper au bout de quelques minutes d’inactivités). Un petit plus dont on se passe facilement mais qui aurait permis d’ajouter un autre élément de personnalisation.

Conclusion sur le clavier Roccat Vulcan 80

Comme vous avez pu le constater, Roccat a encore une fois su me séduire.

Avec ses divers raccourcis, ses fonction Game Mode et East Shift, le Vulcan 80 s’avère vraiment très complet et répondra sans conteste aux attentes des gamers. La qualité de frappe offerte par les nouveaux switches TITAN est vraiment bonne pour peu que l’on apprécie les interrupteurs mécaniques de type marron et assez ferme. Dans mon cas j’ai vraiment aimé son utilisation au quotidien aussi bien pour le gaming que pour la dactylographie.

Pour le reste c’est un quasi sans faute avec toujours une aussi bonne qualité de fabrication et un design vraiment unique et soigné.

Enfin, il faut savoir que ce Roccat Vulcan 80 est tout même proposé à partir de 130€, ne possède pas d’éclairage RGB, de repose poignet, ni même un câble tressé (pour cela il faut se tourner vers les Vulcan 100 et 120). Je trouve ce prix par conséquent assez élevé face à la concurrence et ce sera là mon principal reproche. C’est un clavier vraiment bon que je pourrais recommander, mais tout en gardant en tête que son rapport qualité/prix n’est à l’heure actuelle pas des plus intéressants. Sauf si évidemment vous tombez vraiment sous le charme du design de ce clavier qui est pour le coup vraiment unique sur le marché.

Les plus :

  • Qualité de fabrication
  • Qualité de frappe
  • Look

Les moins :

  • Pas de repose-poignet (uniquement avec la version Vulcan 120)
  • Clavier disponible qu’avec un seul type de switch mécanique
  • Prix

Ou l’acheter ?



Liens utiles

Galerie