HyperX commence fort cette année 2018. Après les très réussis casques Cloud Alpha et Cloud Revolver S, la marque annonce une nouvelle fois l’arrivée d’un casque gamer dans sa gamme.

Il ne s’agit toutefois pas de n’importe quel casque puisqu’il s’agit du tout premier modèle sans fil de la marque !

Commercialisé à partir de 159 €, voyons s’il sera à la hauteur des ses homologues filaires.

Teaser

Caractéristiques techniques du HyperX Cloud Flight

Casque :

  • Type : Circumaural fermé
  • Fréquence en sans fil 20 Hz – 20 000 Hz
  • Impédance : 32 Ohms
  • Pression acoustique : 106 dB SPL/mW à 1 kHz
  • Autonomie : jusqu’à 30h
  • Rétro-éclairage rouge
  • Connexion sans fil : 2.4 GHz jusqu’à 20 mètres
  • Poids avec micro : 315 gr

Micro :

  • Microphone détachable
  • Fréquence : 100 Hz – 7000 Hz
  • Sensibilité : -45 dBV (0 dB=1 V/Pa, 1 kHz)

Déballage

Le packaging reprend les standards habituels de HyperX. Même s’il reste très correct, il est toutefois un peu moins prestigieux que celui que l’on peut retrouver avec d’autres modèles de la marque.

Dans cette boite nous retrouvons:

  • Un dongle USB pour l’émission du son
  • Un micro détachable
  • Un câble USB – micro USB de 1 mètre de long pour le rechargement
  • Un câble jack de 1,3 m pour raccorder le casque à un appareil mobile ou à une manette de console
  • Une notice accompagnée de quelques autres documents

HyperX Cloud Flight

Design et qualité de fabrication

Le HyperX Cloud Flight ne ressemble à aucun autre casque de la marque. Relativement simple et compact, c’est un casque qui se veut plutôt discret.

HyperX Cloud Flight

Entièrement noir, seuls les 2 câbles rouges apparents ainsi qu’un rétro éclairage rouge au niveau des écouteurs viennent ajouter une touche de couleur. Ce dernier peut s’illuminer avec un effet respiration, rester fixe ou être éteint.

HyperX Cloud Flight

HyperX a pris soin de varier les textures en ajoutant une surface soft touch au niveau des écouteurs (espérons juste que ce revêtement vieillira bien dans le temps).

Globalement, une fois en main, le casque offre immédiatement une sensation de robustesse. Même si la coque de l’arceau est en plastique, celui-ci est bien en métal à l’intérieur. Les plastiques sont épais, rien de vient craquer ou grincer lors de manipulations et les finitions semblent être de qualité.

HyperX nous a habitués à nous fournir des produits de qualité et c’est encore ici le cas. Même si je ne l’utilise que depuis peu de temps, je n’ai aucun doute sur la fiabilité et durabilité de ce casque.

HyperX Cloud Flight

Connectiques et fonctionnalités

Pour utiliser le HyperX Cloud Flight, il suffit de brancher le dongle USB dans son PC ou sa console, paramétrer la bonne sortie audio (cela se fait automatiquement en général) puis allumer le casque. C’est donc simple et rapide.

HyperX Cloud Flight

Au niveau des fonctionnalités le tour sera vite fait. Le casque n’étant fourni avec aucun logiciel il faudra compter sur le strict minium.

Nous avons donc sur l’oreille gauche une molette de volume sonore. Au passage, le son n’est pas amplifié par le casque, mais directement modifié sous Windows. La barre de son s’affiche donc à chaque manipulation de cette molette. Un signal sonore retentira également pour indiquer si le volume est baissé à son minimum (mute) ou au contraire monté à son maximum.

HyperX Cloud Flight

C’est du côté de l’écouteur droit que nous allons retrouver le plus d’éléments.

Tout d’abord un bouton placé directement dans le panneau de l’écouteur permettra de couper le micro en le pressant. Encore une fois un signal sonore indiquera lorsque le micro est coupé ou réactivé. Un regret toutefois, ce bouton sonnant très « creux » celui-ci donne un ressenti vraiment cheap. C’est d’autant plus dommage que le casque dans sa globalité reflète une sensation de qualité.

HyperX Cloud Flight

Ensuite nous retrouvons le bouton power qu’il faudra maintenir quelques secondes pour allumer/éteindre le casque. Ce bouton servira également à gérer le rétro éclairage du casque. Une fois allumé il suffira de presser le bouton une fois pour passer à un effet respiration puis une seconde fois pour le désactiver. Il est néanmoins dommage que le casque ne retienne pas le réglage choisi. Le rétro éclairage divisant l’autonomie du casque par deux, j’aurais préféré que celui-ci reste éteint par défaut.

HyperX Cloud Flight

Enfin nous retrouvons toutes les connectiques du casque.

Un premier port servira à brancher un câble jack (câble fourni). Celui-ci aura pour intérêt de pouvoir relier le casque à une manette de console ou n’importe quel appareil mobile.
En revanche, le casque se comportant comme une simple paire d’écouteurs dans ce cas d’utilisation, plus aucune fonction ne sera disponible (molette de volume, micro ou même le rétro éclairage). Et pour ceux qui espéraient brancher le HyperX Cloud Flight sur leur téléphone/tablette pour profiter d’un fond sonore en jeux et bien ce ne sera pas possible non plus. Le casque désactivant automatiquement sa fonction sans fil dès que le câble jack est branché. Une fonction donc très limitée qui aurait pu être améliorée, mais qui a tout de même le mérite d’être présente.

HyperX Cloud Flight

Le port micro USB servira quant à lui à recharger le périphérique. Le casque s’éclairera alors avec un effet respiration durant la charge et s’éteindra dès que celle-ci sera complète.
En parlant de charge, avec un volume sonore à 50 %, comptez 13 heures d’autonomie avec l’éclairage allumé en continu, 18 heures avec l’effet respiration et jusqu’à 30 heures sans l’éclairage ! Au passage il est à noter que la batterie n’est pas amovible ce qui réduira forcément la durée de vie du produit.

HyperX Cloud Flight

Enfin le dernier port permettra de brancher le micro détachable.

HyperX Cloud Flight

Confort d’utilisation

Au niveau de leur confort les casques HyperX ne m’ont jamais déçu. C’est donc un peu avec regret que je dois avouer que le HyperX Cloud Flight est selon moi le modèle le moins confortable de la marque.

Avec des mousses moins douillettes et un arceau plus rigide que le Cloud Alpha ou même que le Cloud Stinger (le casque entré de gamme de la marque), le Cloud Flight à tendance à serrer un peu plus la tête (même si cela reste tout à fait supportable). Il est également dommage que la mousse de l’arceau équivaille plus à un coussin d’air qu’à un véritable rembourrage.

HyperX Cloud Flight

Il faut néanmoins relativiser puisqu’ici je le compare avec des casques au confort exemplaire. Le HyperX Cloud Flight reste toutefois très confortable grâce à son poids maîtrisé et ses mousses d’écouteurs suffisamment épaisses. C’est donc sans soucis que j’ai pu le porter plusieurs heures d’affilée sans ressentir de gêne particulière.

Enfin il est à noter que HyperX à pris soin d’opter pour des écouteurs pivotables à 90°. Le casque s’adaptera plus facilement à chaque morphologie de tête et sera donc plus facile à porter autour du coup sans gêner l’utilisateur.

HyperX Cloud Flight

Qualité du son et du sans-fil

HyperX est notamment reconnu pour la qualité sonore de ses casques. Le Cloud Flight ne déroge pas à la règle en proposant une qualité de son vraiment bonne.

Si je devais comparer avec les autres casques de la marque le rendu s’avère plus neutre qu’un Cloud Alpha avec notamment des aiguës moins forcés.
Le résultat est peut être un peu moins détaillé selon les sources sonores mais le son reste très équilibré avec des basses maîtrisées et des aiguës suffisamment présentes pour entendre les détails sonores (voix, bruits de pas).

Au final le rendu s’approche beaucoup du HyperX Cloud Stinger (le casque entrée de gamme de la marque mais offrant une très bonne qualité sonore). Cela ne m’étonne guère lorsque je lis leur fiche technique respective, d’autant que la ressemblance entre les transducteurs est frappante, j’en viens à me demander s’il ne s’agit pas des mêmes composants.

HyperX Cloud Flight

Peu importe le choix d’HyperX sur ce sujet, la qualité du son est de toute façon vraiment bonne pour un casque sans fil et c’est là l’essentiel. Il est toutefois vraiment regrettable compte tenu du prix qu’une fonction Surround ne soit pas proposée avec ce casque.

Pour ce qui est de l’efficacité du sans-fil, il est encore une fois de qualité. D’une portée annoncée de 20 m de mètres, seul un mur épais viendra couper le signal et durant mes nombreuses heures d’utilisation je n’ai jamais eu la moindre perte de signal, interférence ou grésillement (chose qui arrive pourtant régulièrement avec les casques sans fils). Je n’ai donc absolument rien à reprocher sur ce point.

Rendu du microphone

Ici rien d’exceptionnel le micro du HyperX Cloud Flight à un rendu classique relativement équivalent aux autres modèles de la marque. Il reste néanmoins très correct pour dialoguer avec ses coéquipiers et à l’avantage d’être positionné sur une perche suffisamment souple pour être placé où bon nous semble.

HyperX Cloud Flight

Conclusion sur le casque HyperX Cloud Flight

HyperX passe enfin le cap du sans-fil avec son modèle Flight et c’est une excellente chose.

Même si le casque est assez classique dans ses fonctionnalités il a l’avantage de bénéficier d’une construction robuste, d’un rendu sonore équilibré, mais surtout d’une excellente autonomie une fois l’éclairage désactivé.

En revanche, annoncé à un prix de 159,95 € on pourrait s’attendre à ce que le HyperX Cloud Flight nous apporte plus, surtout que des modèles concurrents proposent pour ce même prix un rendu surround ou des fonctionnalités supplémentaires.

Toutefois en attendant une baisse de prix éventuelle, cela reste un très bon casque sans fil que je recommanderais sans hésitation.

Les plus :

  • Qualité de construction
  • Autonomie
  • Qualité son

Les moins :

  • Pas de logiciel
  • Pas de surround
  • Intérêt de la prise jack plutôt limité
  • Batterie inamovible

Ou l’acheter ?

Liens utiles

Galerie