Pour accompagner le tapis Razer Goliathus Chroma que nous avions reçu début Avril, nous avons mis la main sur la nouvelle souris de Razer, la souris spéciale MMORPG Naga Trinity, une souris 3 en 1 compatible avec les effets d’éclairage Razer Chroma.

Teaser

Présentation

La souris Razer Naga Trinity est une chimère, comprendre un combo de plusieurs souris :
– la souris spéciale FPS Razer Basilisk (9 boutons)
– la souris spéciale MOBA Razer Naga Hex V2 (14 boutons)
– la souris spéciale MMORPG Razer Naga Chroma (19 boutons)

Pour réussir cette prouesse, Razer a eu l’idée de recourir à un système de plaques interchangeables aimantées. C’est hyper ingénieux et diablement efficace.

D’un petit coup d’ongle on retire la plaque en place et on l’a remplace en une fraction de seconde pour une des 2 autres, sans forcer, 2 aimants se chargeant de placer convenablement la nouvelle plaque.

Un carré de 16 contacts électriques s’occupent ensuite de faire la liaison entre la souris et la nouvelle plaque insérée. Tellement simple qu’on se demande pourquoi personne n’y avait pensé auparavant.

Caractéristiques

  • capteur optique 5G 16,000 DPI
  • Jusqu’à 450 inches par second (IPS) / accélération 50 G
  • Fonction Ultrapolling 1 000 Hz
  • 3 plaques de boutons interchangeables avec 2, 7 et 12 boutons configurables
  • Jusqu’à 19 boutons programmables
  • Ergonomie pour droitier
  • Switches mécaniques Razer™ multi-récompensés
  • Compatible éclairage Razer Chroma™ parmi une palette de 16.8 millions couleurs
  • Nécessite le logiciel Razer Synapse 3 (Beta)
  • Taille : 119 mm (Longueur) 74 mm (Largeur) 43 mm (Hauteur)
  • Poids : 120 g (sans le câble)

Déballage

L’emballage de la souris Razer Naga Trinity est plutôt sobre (trop ?). Auréolé du vert typique à la marque Razer (une légère nuance avec le vert Xbox One ou Kawasaki), le reste du packaging est noir mat avec des visuels ton sur ton, simplement mis en exergue via un vernis sélectif.

La seule touche de fantaisie est apportée par le pantone argenté utilisé pour la police d’écriture du nom du produit. Le logo Razer formé de 3 serpents et le picto Razer Chroma sont disposés dans 2 angles opposés tels 2 détails anecdotiques.

Il est dommage qu’un tel produit n’ait pas eu droit à un véritable traitement de faveur de la part du marketing. Même si la boite finit indéniablement à la poubelle tôt ou tard, le concept 3 en 1 propre à la souris Razer Naga Trinity aurait mérité un travail plus poussé en terme de créa.

A l’intérieur de la boite, la souris et 2 des 3 plaques sont calées dans un plastique thermoformé. Un document succinct et 2 autocollants du logo Razer accompagnant l’ensemble.

test souris- Razer Naga Trinity

Design et qualité de fabrication

Le look de la souris Razer Naga Trinity est le même que ses 2 petites sœurs la Razer Naga Hex V2 & Razer Chroma, d’où sûrement l’idée de Razer de faire une souris #LordOfTheRing : « une souris pour les contrôler toutes ! ».

Construite en plastique noir satiné, cette souris est aussi sobre que son packaging.
Hormis le système LED Razer Chroma et les nombreux boutons proposés, rien ne laisse à penser que cette souris est dédiée aux gamers. Les formes sont fluides, la taille compacte et la couleur unie. Simple et efficace !

Le toucher est agréable et la qualité de fabrication semble au rendez-vous. On sent que le concept de plaquettes interchangeable a été éprouvé et il parait suffisamment solide pour tenir dans le temps. Dommage que Razer n’ait pas fourni une petite boite pour ranger les 2 plaquettes inutilisées, le risque de les perdre ou de les abîmer est grand.

A noter le câble USB assez long et tressé. Un petit collier de serrage en caoutchouc permet de l’enrouler proprement.

Prise en main et ergonomie

L’ergonomie générale de cette souris Razer Naga Trinity est agréable mais malheureusement exclusivement dédiée aux droitiers.

Du fait de sa taille compacte, qui n’est pas sans rappeler celle des vieilles souris bureautiques Logitech à 2 boutons, elle permet une utilisation Palm Grip ou Claw Grip.

Si comme moi vous êtes habitué à des souris plutôt volumineuses telle ma souris Roccat Kone XTD, ça peut surprendre un peu au départ, mais après quelques minutes d’utilisation on n’y fait plus attention.

Les 2 boutons principaux tombent parfaitement sous les doigts et sont très doux au clic. Leur forme incurvée les rend parfaitement ergonomiques de façon à recevoir l’index et le majeur, l’annulaire allant se poser naturellement sur la partie bombée du côté droit. Hyper intuitif !

test souris- Razer Naga Trinity

Au niveau du petit doigt (à droite donc), un large grip est présent ce qui permet de bien maintenir la souris. A gauche, seules les plaquettes 2 et 7 boutons proposent un grip.

De ce fait, je trouve malheureux le manque de grip ou repose-pouce sur la plaquette 12 boutons, ça perturbe la prise en main et rend les mouvements de souris vers la gauche moins précis/francs car on a toujours peur d’appuyer sur un des 12 boutons par inadvertance.

test souris- Razer Naga Trinity - prise en main

Ainsi, la plaquette qui me parait la mieux étudiée reste à mes yeux la version 7 boutons (soit 14 au total quand on compte ceux du dessus). Cette plaquette possède un petit grip au milieu du cercle de boutons, ce qui rend la souris assez maniable en plus d’être bien pourvu en terme de fonctionnalités.
L’ensemble des boutons du cercle tombant naturellement sous le pouce, elle est assez ergonomique et permet via les boutons 1 et 6 de récupérer les fonctions suivant/précédent si besoin.

test souris- Razer Naga Trinity - prise en main

Enfin les boutons de réglage de sensibilité +/- sont placés de manière à être atteints avec l’index. La taille de la souris permet de le faire facilement.

Boutons et fonctionnalités

Vous l’aurez compris, les boutons sont le grand point fort de cette souris puisqu’elle propose pas moins de 19 boutons une fois équipée d’une de ses 3 plaquettes aimantées.
C’est donc une souris 3 en 1 que nous propose Razer, une souris qui s’adapte à tous les types de jeux que peut rencontrer un gamer PC.

Sur la plaquette 6 boutons, l’utilisation des boutons est assez pratique. Ils sont suffisamment doux pour être actionnés facilement et leur forme/position permet de les différentier rapidement.

La plaquette 12 boutons quant à elle demandera un temps d’adaptation bien plus long car les boutons sont nombreux et rien ne permet réellement de savoir où est le milieu du panel. Un petit point en relief sur le bouton numéro 5, comme c’est le cas sur le pavé numérique d’un clavier, aurait grandement aidé (monsieur Razer, si tu m’entends).

Les boutons 1,2,3,10,11 et 12 placés aux extrémités du panel demanderont un peu de dextérité pour être actionnés de façon instinctive en plein rush de MMORPG. Mais c’est le prix à payer pour une souris bardée de boutons.

Le point noir de la souris Razer Naga Trinity est pour moi sa molette. Elle n’est pas très agréable à utiliser, elle donne une impression de roulette bas de gamme. Elle semble frotter à l’intérieur, elle accroche souvent (je me demande même si mon modèle n’a pas un défaut), le son plastoc qu’elle émet lors de la rotation fait cheap et les crans sont trop espacés pour scroller convenablement. Inadmissible sur une souris de cette qualité !
Néanmoins, je reconnais que son inclinaison gauche/droite pour le scroll horizontal est très doux, ce qui rend cette fonctionnalité exploitable contrairement à bon nombre de souris que j’ai eu le loisir de tester.

Capteur et glisse

Comme nous le verrons dans la partie réglage ci-dessous, le capteur de la souris Razer Naga Trinity est un capteur laser 5G (5ème génération) permettant d’atteindre les 16,000 DPI à des vitesses de 450 IPS et une accélération de 50 G. Autant vous dire que c’est « beaucoup » (trop ?) et que si vous arrivez à faire décrocher le tracking de cette souris gaming, votre team peut vous appeler « Flash » et vous inscrire au livre Guinness des records.

test souris- Razer Naga Trinity - dessous

Côté glisse, Razer a équipé sa souris Naga Trinity de 3 larges patins en PTFE aux extrémités de la souris, ainsi qu’un petit rectangle autour du capteur.
Malgré ça, la glisse est très correcte mais pas exceptionnelle, ma « vieille » souris Roccat Kone XTD glissant un peu mieux, en tout cas suffisamment pour que je sente la différence.

A l’utilisation je trouve la souris Naga Razer Trinity assez légère mais en comparant avec les autres modèles de souris testés sur GamerStuff, avec ses 120gr elle est plutôt dans le haut du panier. Mais pas de panique, ça prouve qu’elle est bien conçue et que vous n’aurez jamais de tendinite avec la Razer Naga Trinity pour peu que vous ayez un bon tapis comme le tapis Razer Goliathus Chroma.

Derniers détails apparents sur le dessous de cette souris, une fente permettant de glisser un ongle pour retirer la plaquette et un bouton Profile qu’on pourra configurer à sa guise via le logiciel Razer Synapse (voir ci-dessous).

Pilotes et réglages

Razer Synapse Beta est un outil de configuration de matériel unifié qui vous permet de réattribuer des touches de contrôle, d’assigner des macros ou de personnaliser l’éclairage de tous vos produits Razer. » L’application est donc compatible avec tous les produits de la marque, comme ici le tapis Razer Goliathus Chroma et notre souris Razer Naga Trinity.

interface Razer Synapse Naga Trinity

Ce logiciel offre la possibilité de personnaliser de A & Z votre souris Razer Naga Trinity :

  • Réaffectation des boutons
  • Réglage de la sensibilité et de la fréquence de Polling
  • Paramétrage des effets lumineux compatible Razer Chroma

Réaffectation des boutons

Razer Synapse permet en premier lieu de réaffecter l’ensemble des boutons de la souris, ce pour chacune des plaquettes, puis d’enregistrer ce réglage sur la mémoire intégrée de la souris.
Il est également possible de les enregistrer en .synapse3 pour les sauvegarder, les transporter sur une LAN ou les partager avec votre équipe.

Par défaut le mapping correspond à une souris classique et aux touches du clavier numérique.

interface Razer Synapse Naga Trinity

De plus, grâce à la fonction Hypershift, doubler l’ensemble de ces fonctions, ainsi ce n’est plus 19 boutons que vous avez à configurer mais 38 fonctionnalités différentes, à condition d’avoir suffisamment de mémoire pour vous souvenir quel bouton fait quoi 😉

interface Razer Synapse Naga Trinity

Réglage de la sensibilité et de la fréquence de Polling

La seconde page de réglages du logiciel Synapse 3 concerne la sensibilité DPI que tout le monde connait et le réglage du polling rate.

La sensibilité DPI : le nombre de DPI est à la souris ce que le nombre de pixels est au capteur photo. A savoir un terme marketing galvaudé qui ne veut plus dire grand chose. Autrefois source de qualité d’un capteur de souris, la sensibilité de ces derniers s’est tellement améliorée, jusqu’à 16 000 DPI pour notre Razer Naga Trinity, que la course au dernier points par pouce a perdu tout son sens. Même les joueurs professionnels n’y attachent plus tant d’importance, la plupart jouant entre 1 600 et 2 800 DPI voir moins.

Les 16 000 DPI trouvant ici leur sens pour les joueurs jouant en 4K ou en surround-gaming (3 écrans ou plus). Augmenter le nombre de pixels par pouces permettant ici de ne pas avoir à parcourir plusieurs fois la totalité du tapis de souris pour aller d’une extrémité d’un écran à l’extrémité de l’écran opposée. CQFD.

Le polling rate : un terme qu’on pourrait traduire littéralement par « taux d’interrogation ». C’est en fait la fréquence à laquelle la souris communique avec l’ordinateur.
Ça peut paraitre anodin, mais par défaut Windows définit la fréquence de mise à jour des données d’une souris à 125Hz (125 interrogations / seconde), soit une interrogation toutes les 8ms.
C’est parfait pour la bureautique, mais bien insuffisant pour du gaming.
C’est pourquoi depuis quelques années les marques de souris proposent de pouvoir ajuster la fréquence de polling rate de leurs souris, dans le cas de notre Razer Naga Trinity jusqu’à 1000Hz, soit 4 fois plus que la fréquence d’origine.
Un fonctionnalité d’autant plus importante que certains joueurs utilisent des écrans 120Hz, cela permet ainsi de limiter l’Input Lag (plus d’information sur : https://www.blurbusters.com/faq/mouse-guide/).

Bref, la souris Razer Nagat Trinity permet de régler 5 niveaux de sensibilité de 0 à 16000 DPI et de modifier ce fameux polling rate. On peut passer d’un niveau à un autre en utilisant les 2 boutons de réglage de sensibilité sur le dessus de la souris.

interface Razer Synapse Naga Trinity

Compatibilité Razer Chroma

Concernant la compatibilité Razer Chroma, comme je l’ai précisé dans le test du tapis Razer Goliathus Chroma, Razer décuple l’expérience Chroma en permettant d’ajouter de nouveaux effets et de pousser encore plus loin la personnalisation. Il faudra simplement se familiariser avec l’interface qui manque à mon sens d’ergonomie.

Les effets d’éclairage disponibles par défaut sont au nombre de 4 si vous n’avez pas d’autres appareils Razer combinés à votre souris :
– Cycle de Spectre : éclairage qui varie doucement d’une couleur à une autre. Plutôt sympathique.
– Réactif : l’éclairage s’illumine au clic sur un bouton. Sobre.
– Respiration : 1 ou 2 couleurs s’allument et s’éteignent en fondus. Un effet plus convaincant que sur le tapis.
– Statique : choix d’une couleur fixe. Le strict minimum.

interface Razer Synapse Naga Trinity

Ainsi si vous possédez déjà au moins un produit de la gamme Razer clavier ou tapis (retrouvez ici les produits compatibles Synapse), le fait de pouvoir synchroniser les effets d’éclairage entre eux rajoute un intérêt esthétique non discutable. D’autant qu’il est possible d’associer des profils d’éclairage avec les jeux disponibles sur le PC.

Voici un exemple avec la fonction cycle de Spectre entre la souris Razer Naga Trinity et le tapis Goliathus Chroma :

Conclusion sur la souris Razer Naga Trinity

Proposée à près de 110 €, cette véritable souris 3 en 1 est une vraie aubaine pour les gamers qui taquinent plusieurs types de jeux. D’autant qu’elle est hyper configurable et le changement de configuration se faisant en 2 secondes. La compatibilité Chroma étant la petite cerise sur le Mario pour agrémenter un setup gaming.

Reste à considérer le problème de la molette bas de gamme et le manque cruel d’une sacoche pour ranger les 2 plaquettes supplémentaires.

Les plus :

  • Système de plaques interchangeables efficace
  • Jusqu’à 19 boutons programmables
  • Illumination Chroma
  • Capteur convaincant
  • Prix

Les moins :

  • Molette bas de gamme
  • Pas de boite de rangement pour les 2 plaques inutilisées
  • Pas de version pour gauchers

Ou l’acheter ?




Liens utiles